dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Technologie > Test décisif pour le SeaKeeper de DCN et Thales

Test décisif pour le SeaKeeper de DCN et Thales

Meretmarine.com

mardi 27 septembre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Le tout nouveau système autonome de chasse aux mines s’est une fois de plus illustré au cours d’essais menés en fin de semaine dernière à Toulon, sur le site de Brégaillon. Après avoir été remarqué fin juin par les officiers américains lors de l’exercice Homeland Defense à Corpus Christi, au Texas (*), c’est devant les représentants de la Marine nationale, des douanes et de marines étrangères que le SeaKeeper a été mis à l’épreuve. Pour ce test, le système devait prouver ses capacités à être déployé dans un port civil, sans moyens dédié et dans un délai extrêmement court. Avant le déploiement de l’engin, les plongeurs démineurs avaient dissimulé trois mines de différents types. Selon DCN , le pari est réussi. Le SeaKeeper aurait en effet débusqué les trois mines en moins de deux heures !

Souplesse d’emploi inégalée

Le SeaKeeper se compose d’un drone semi-submersible remorquant un sonar à balayage latéral (portée 2 X 150 mètres), capable de détecter et de classifier les mines. Son système de conduite comprend des moyens de communication radio, une télécommande, des instruments de navigation et de traitement des données sonar. Le poste de commande, amovible, peut être installé sur un navire, comme ce fut le cas au Brégaillon où le shelter a été fixé sur un remorqueur. Les essais réalisés jusqu’ici ont démontré que la solution d’un drone semi-submersible garantissait une excellente stabilité du poisson remorqué, même par mer agitée. Conçu pour la sauvegarde des approches maritimes, le SeaKeeper pourrait être choisi par le ministère de la Défense pour remplacer les moyens de surveillance du goulet de Brest. C’est là que se trouve l’île Longue, base des sous-marins stratégiques français. Les essais de Toulon étaient en tous cas les ultimes démonstrations avant le choix final. Long de 8,3 mètres pour une hauteur de 11 mètres, le SeaKeeper pèse près de 7 tonnes. Capable de plonger à 200 mètres, il dispose d’une autonomie de 16 à 74 heures selon sa vitesse, qui peut atteindre 12 nœuds. Cette célérité le rend cinq fois plus rapide qu’un chasseur de mines traditionnel. L’ensemble du système, conteneurisé, est aérotransportable.

JPEG - 5.8 ko

Voir le diaporama

(*) Voir notre article du 6 juillet


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :