vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > Safran consolide ses positions dans la biométrie

Safran consolide ses positions dans la biométrie

Matthieu Dailly, NetEco.com

mardi 24 juin 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Marché conclu ! Alors que sa filiale, Sagem Sécurité, est en passe avec la SSII Atos Origin, de remporter l’appel d’offres pour la fabrication des 2000 machines destinées à émettre les passeports biométriques français, le conglomérat Safran, spécialisé dans la défense, l’aéronautique et la sécurité, annonce l’acquisition du Néerlandais Sdu-Identification (Sdu-I) et fait une offre de 300 millions de dollars sur les équipements de l’américain Digimarc.

La première, Sdu-Identification, serait, selon le groupe français, l’un des premiers fabricants européens de documents d’identification sécurisés ( permis de conduire, cartes d’identité et passeports électroniques et biométriques ), avec un chiffre d’affaires supérieur à 90 millions d’euros en 2007. Une société avec une assise internationale solide qui permettrait à Safran « d’exporter ses produits » et lui « donnera la capacité de faire des offres globales ». Car, d’après le groupe français, le marché des documents d’identité devrait connaître une croissance annuelle de plus de 15% au cours des cinq prochaines années.

La seconde, Digimarc, est une société américaine spécialisée dans les permis de conduire sécurisés. Elle a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 96,5 millions de dollars dans les activités convoitées par Safran. Cette société qui réalise 80% de ses ventes aux États-Unis, fournie plus de 60 millions de pièces d’identité sécurisées par an dans 25 pays. Safran vient donc de lancer une « offre non sollicitée » afin de racheter à cette firme ses équipements et logiciels, pour un montant de 300 millions de dollars. « Jusqu’alors, Sagem Sécurité était présente aux États-Unis dans le domaine des investigations criminelles, notamment par le système d’identification biométrique que nous fournissons au FBI », explique Olivier Andriès, directeur de la stratégie de Safran.

Problème : L-1 Identity Solutions, son grand concurrent dans les terminaux biométriques, qui en mars proposait 263 millions de dollars pour acquérir Digimarc en argumentant que « placer les documents d’identités des citoyens américains dans des mains étrangères serait dangereux », peut toujours augmenter son offre.

MAJ : Des perspectives pourtant favorablement accueillies par les marchés financiers puisque l’action Safran prenait presque 2%, mardi 24 juin.

Au 31 décembre 2007, le Groupe Safran employait 63.000 personnes dans plus de 30 pays, pour un chiffre d’affaires de 12 milliards d’euros. L’État français possède 30% de son capital.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :