dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > France > Al-Qaeda au Maghreb : préoccupation de la France

Al-Qaeda au Maghreb : préoccupation de la France

AFP

mercredi 25 juin 2008, sélectionné par Spyworld

logo

La branche d’Al-Qaeda au Maghreb est une préoccupation majeure pour la France, a affirmé mardi le « père » du Livre blanc sur la Défense, Jean-Claude Mallet, faisant écho aux inquiétudes récemment exprimées par Washington vis-à-vis de cette « menace croissante ».

« Personne n’est plus concerné par Al-Qaeda Maghreb que la France, excepté peut-être l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne ou la Grande-Bretagne », a déclaré le président de la Commission du Livre blanc, venu à Washington pour présenter aux responsables américains le document qui fixe les priorités stratégiques de la France pour les quinze années à venir.

« Nous sommes clairement visés », et « le terrorisme d’inspiration jihadiste est premier sur la liste des menaces pesant sur la sécurité nationale française », a-t-il assuré à quelques journalistes, alors que la Branche d’Al-Qaeda au Maghreb a récemment revendiqué un attentat qui a coûté la vie à un ressortissant français le 8 juin en Algérie.

Cet attentat était le cinquième en cinq jours aux confins de la Kabylie, où le groupe terroriste reste particulièrement actif.

Selon le rapport annuel du département d’État américain sur le terrorisme publié fin avril, l’année 2007 a été marquée par « la menace croissante posée en Afrique du Nord par le Groupe algérien salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) qui s’est rallié en septembre 2006 à Al-Qaeda et s’est rebaptisé Branche d’Al-Qaeda au Maghreb islamique (Baqmi) ».

Les menaces terroristes de ce type justifient l’accent mis sur le renseignement dans les nouvelles priorités françaises, a fait valoir M. Mallet.

« Nous avons besoin d’investir dans le renseignement si nous ne voulons pas perdre la bataille du 21ème siècle », a-t-il dit.

En outre, « sans vouloir susciter plus d’inquiétude que nécessaire dans l’opinion publique française, nous avons travaillé à améliorer notre capacité de résistance à un attentat, à nous remettre après un choc », a-t-il ajouté.

Enfin, « les pays maghrébins sont des amis, nous voulons développer des politiques de coopération et améliorer la stabilité », a souligné M. Mallet.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :