dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Jeux olympiques de Pékin : Les craintes du SCRS

Jeux olympiques de Pékin : Les craintes du SCRS

Radio-Canada.ca

dimanche 29 juin 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) aurait de sérieuses inquiétudes pour la sécurité des athlètes et des délégués au cours des Jeux olympiques de Pékin, qui auront lieu en août prochain.

C’est du moins ce que croit savoir le quotidien Le Soleil, qui a obtenu un rapport « secret » largement censuré, en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

D’après le journal, le SCRS s’inquiète, entre autres, du peu d’investissement pour la sécurité aux Jeux de Pékin. Celui-ci représenterait seulement le cinquième de la facture des Jeux d’Athènes, en 2004.

Les services secrets canadiens notent aussi, selon Le Soleil, que la collaboration de ce « pays communiste autoritaire » avec la communauté internationale est déficiente.

Ils relèvent également que le nombre de manifestations explose en Chine. En 1993, cet État recensait 8700 protestations contre 87 000 en 2005. « En moyenne, ces manifestations sont environ cinq fois plus grosses qu’il y a 10 ans, rassemblant plus de 50 personnes », lit-on dans le document.

Par ailleurs, le SCRS douterait de la capacité des brigades antiémeutes et des forces spéciales de l’armée chinoise à faire face à d’éventuels débordements.

Dans le même document produit à la fin de l’été 2007, le SCRS fait remarquer que les forces de l’ordre de la Chine recourent souvent à la violence pour contrôler des manifestants. Il souligne qu’en 10 mois, en 2005, plus de 1800 policiers ont été blessés et 23 ont été tués dans des affrontements.

On apprend par ailleurs dans le texte obtenu par Le Soleil que le Canada est l’un des rares pays ayant accepté de former des agents de la République populaire de Chine pour les Jeux.

Durcissement de la sécurité à Pékin

Les autorités chinoises ont commencé à resserrer les mesures de sécurité à l’approche Jeux olympiques.

Armés de mitraillettes, des gardes patrouillent déjà dans l’aéroport de Pékin. La police devrait également commencer la semaine prochaine à fouiller les passagers du métro de la capitale pour vérifier qu’ils ne portent pas d’armes ou d’explosifs sur eux.

Pékin souhaite aussi arrêter des activistes désireux de se servir du grand événement sportif pour donner un écho international à leur cause.

La poste chinoise a par ailleurs cessé de transporter des colis contenant des liquides ou des composants chimiques jusqu’au 31 octobre.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :