jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Washington dans le secret de l’opération de sauvetage

Washington dans le secret de l’opération de sauvetage

AFP

samedi 5 juillet 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Les Etats-Unis étaient au courant que Bogota préparait une opération pour libérer des otages de la guérilla des Farc et ont laissé entendre qu’ils avaient apporté au moins un soutien technique à la Colombie avec laquelle Washington coopère militairement.

"Nous étions au courant dans la phase préparatoire, mais cette opération a été conçue par les Colombiens et menée par les Colombiens, avec notre total soutien. Mais ils n’ont pas eu besoin d’un feu vert de notre part", a assuré la porte-parole de la Maison Blanche, Dana Perino.

Le ministre colombien de la Défense, Juan Manuel Santos, a assuré jeudi que l’opération avait été "à 100% colombienne" et que Washington n’y avait "joué aucun rôle".

Mais Mme Perino et l’ambassadeur des Etats-Unis à Bogota, William Brownfield, ont fait entendre que les Etats-Unis avaient pris une certaine part en fournissant du renseignement et du soutien technique à l’opération qui a abouti à la libération de quinze otages des Farc mercredi, dont trois Américains et la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt.

"Cela faisait longtemps que l’opération de sauvetage était en préparation. Cela fait longtemps que nous travaillons avec les Colombiens", a dit Mme Perino, en rappelant que l’un des soucis constants des Etats-Unis avait été qu’une opération ne mette pas en danger la vie des otages.

M. Brownfield a pour sa part évoqué dans la presse colombienne et sur la chaîne CNN une "coopération étroite" entre les Etats-Unis et la Colombie dans cette entreprise, des "échanges de renseignements" et un "soutien technique" américain.

Le Pentagone est resté plus discret, en saluant l’"opération colombienne" tout en rappelant les liens militaires étroits entre les deux pays.

"Nous avons une longue relation avec le gouvernement colombien incluant de la coopération militaire et du partage d’informations, mais cette opération de sauvetage a été planifiée, dirigée et exécutée par les Colombiens", a indiqué un porte-parole du Pentagone, Bryan Whitman, en refusant d’évoquer "les sujets touchant au renseignement".

Le commandement militaire américain chargé de l’Amérique Centrale et du Sud a réalisé depuis 2002 "3.600 sorties de reconnaissance et de surveillance" et dépensé "50 millions de dollars par an" pour tenter de venir en aide aux otages américains, selon un communiqué.

Washington coopère activement avec Bogota dans la lutte anti-drogue et anti-terroriste.

Début mars, le raid de l’armée colombienne en Equateur, qui a tué le numéro 2 des Farc Raul Reyes, avait été déclenché à la suite d’une information des renseignements américains, qui a permis de le localiser, avait reconnu le ministère colombien de la Défense.

Le Plan Colombie, conclu en 2000 avec Bogota par l’administration Clinton et maintenu par le président George W. Bush, prévoit une assistance financière —qui s’est élevée à environ 7 milliards de dollars en huit ans— et logistique pour lutter contre le trafic de drogue et les groupes rebelles en Colombie.

"Le président (colombien Alvaro) Uribe, depuis son élection, a fait un travail formidable pour améliorer la sécurité en Colombie. C’est l’un des meilleurs alliés et des meilleurs amis que nous ayons en Amérique du Sud", a déclaré jeudi la porte-parole de la Maison Blanche.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :