lundi 16 octobre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > Vision et pratiques d’Intelligence Economique, de Knowledge (...)

Vision et pratiques d’Intelligence Economique, de Knowledge Management et de travail collaboratif en France

Bernard Marx, Universalpressagency.com, via Veille.com

mercredi 28 septembre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Les entreprises donnent la priorité à la veille offensive, ciblée sur les clients et les marchés. Les pratiques d’Intelligence Economique s’orientent vers la constitution de réseaux de veille internes au détriment de cellules de veille dédiée. Les Dirigeants privilégient un Knowledge Management opérationnel, appliqué aux métiers de base de l’entreprise : concevoir, vendre, produire.

Le KM s’applique de plus en plus à la gestion de projet Seuls 16% des entreprises disposent d’un véritable portail collaboratif.

Travail collaboratif : priorité à la gestion de projet et aux relations interservices

Veille & Intelligence Economique

Tout d’abord, si la veille reste une pratique minoritaire, il ne s’agit plus d’une démarche pionnière : Ainsi, un tiers des répondants affirment que leur entreprise a mis en place certains éléments d’un dispositif de veille.

A l’évidence, la veille connaît actuellement un réel développement dans les entreprises : 50 à 60% des entreprises disent avoir des actions en cours ou avoir engagé une réflexion à ce sujet.

Après avoir d’abord cherché à accumuler de l’information externe, les Dirigeants réalisent que l’enjeu réside désormais dans l’analyse et l’exploitation opérationnelle de l’information de veille.

Environ un tiers des répondants déclarent avoir un dispositif de veille en place dans les domaines technologique (37%) et concurrentiel (36%).

La veille apparaît être avant tout être l’affaire de tous et non d’un petit groupe de spécialistes (recherche de partenaires spécialisés n’est prioritaire que pour 27% des répondants, la création d’une cellule de veille dédiée pour 24% d’entre eux).

Enfin, ressort de l’étude le fait que la veille est pensée d’abord comme offensive, au service de l’innovation et du développement de l’entreprise (59% des répondants) et ensuite comme défensive, pour anticiper des menaces et savoir mieux réagir à la concurrence (40% des répondants).

Gestion de la Connaissance

Les résultats de l’étude 2005 montrent que le KM reste une activité opérationnelle : elle est intéressante en premier lieu en matière de conception/R&D (55% des répondants), de ventes et de la relation client (49%), ainsi que les fonctions de production (43%).

La gestion de projet apparaît également cette année comme un domaine où il est important et pertinent d’adopter une démarche KM.

Les domaines les plus avancés sont là encore les activités opérationnelles : conception R&D, gestion de projet, marketing, production et ventes / relations clients.

Knowledge Management : quatre facteurs clés de succès sont identifiés par les répondants : C’est d’abord et l’engagement de la direction et la mobilisation des équipes qui s’imposent comme facteurs clés de succès.

Le travail collaboratif

Le travail collaboratif sert avant tout un objectif bien précis : assurer l’efficacité d’organisations fonctionnant de plus en plus en réseau.

50% des entreprises ne disposent que d’un équipement " élémentaire " : 9% d’entre elles n’ont pas d’intranet, 23% ne disposent que d’un simple système de messagerie, tandis que 18% ont un site Intranet d’informations générales.

Seuls 16% des entreprises disposent d’un véritable " portail collaboratif " intégrant des services collaboratifs adaptés à chaque communauté métier.

Les résultats de cette enquête confirment la pertinence de l’offre Knowings dans ces domaines pourtant très décriés.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :