dimanche 17 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Même réformés, les ex- « RG » conservent leur rôle : renseigner

Même réformés, les ex- « RG » conservent leur rôle : renseigner

Olivier Merlin, la Voix du Nord

samedi 19 juillet 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Dans le cadre de la réforme du renseignement français, les fameux RG ont disparu au profit du Service des informations générales. À Boulogne aussi, où neuf fonctionnaires du renseignement sont en service, les missions des enquêteurs ont été revues. Mais leur devoir numéro 1 reste inchangé : renseigner au mieux nos gouvernants.

« "Un pays sans police est un navire sans boussole et sans gouvernail" disait Dumas. Je crois que les nouvelles IG sont cette boussole. » Le commandant Michel Bachelet, responsable des Informations générales (les anciens renseignements généraux) de Boulogne-sur-Mer aurait pu aussi paraphraser Girardin qui avait prononcé cette formule célèbre : « gouverner c’est prévoir ».

Car pour prévoir, nos dirigeants ont besoin de bons renseignements. Telle est la mission prioritaire qui a été réaffirmée aux policiers du renseignement français. Un monde très particulier qui vient de vivre, à Boulogne comme sur tout l’hexagone, une mutation d’une rare ampleur.

« La réforme est importante mais les anciens renseignements généraux gardent 80 % de leur mission tempère Michel Bachelet.

Les contrôles des jeux et le milieu fermé nous échappent. Mais l’essentiel de nos missions est maintenu. » Inquiets un temps que l’État leur retire leur droit d’enquête, les policiers des RG ont craint de devenir de simple rapporteurs d’informations au Gouvernement, et sur le plan local aux préfets et sous-préfets. « Au contraire, nous renforçons nos fondamentaux. Nous restons présents sur les deux arrondissements de Boulogne et de Montreuil ainsi que sur le canton du Parcq et nous travaillons sur trois grandes divisions. » Les policiers du renseignement enquêteront à l’année sur les informations économiques et sociales (vie des entreprises, monde rural...), l’information institutionnelle et les faits de société et les dérives, violences urbaines et manifestations sportives. Tous les policiers travailleront en milieu ouvert, ce qui signifie qu’ils se présenteront systématiquement comme des représentants des Informations générales. Le milieu fermé, c’est-à-dire l’infiltration, est lui transféré au Contrôle du renseignement intérieur. Précision utile alors que les idées reçues circulent, les RG ne traitent plus les élections depuis 2005, et ne suivent plus les partis politiques depuis 1995. « Les IG vont perpétuer l’expérience d’enquête des RG, martèle Michel Bachelet, Notre rôle reste de renseigner au mieux, de balayer les rumeurs et de faciliter le dialogue. » Dans le cas de mouvements sociaux, les IG continueront de mettre en relation, quand cela sera nécessaire, les requérants avec les représentants de l’État. « Nous voulons continuer à être des courroies de transmission, des facilitateurs de dialogue », conclut le commandant. •


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :