mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Un questionnaire à remplir sur Internet avant d’embarquer pour les (...)

Un questionnaire à remplir sur Internet avant d’embarquer pour les USA

RTBF.be

lundi 28 juillet 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Une série de questions très personnelles seront posées aux ressortissants de l’UE se rendant aux Etats-Unis sans avoir besoin de visa, dans le nouveau formulaire d’autorisation électronique présenté ce lundi à Bruxelles. Il sera obligatoire dès 2009.

"Prenez-vous des stupéfiants ou êtes-vous drogué ? Avez-vous été arrêté ou condamné pour des affaires de moralité ou de substances interdites ? Vous êtes-vous livré à des actes d’espionnage, de sabotage, de terrorisme, ou de génocide ? Avez-vous collaboré avec l’Allemagne nazie ?" sont quelques une des questions du formulaire. Pour l’essentiel, il s’agit des questions déjà posées dans les formulaires que les passagers doivent actuellement remplir avant d’atterrir aux Etats-Unis. Connu sous son acronyme ESTA (Electronic system for travel authorization), le projet américain, destiné aux ressortissants européens dispensés de visa, soit 15 des 27 pays de l’UE, doit entrer en vigueur le 12 janvier 2009, mais un pilote sera activé dès vendredi. Ce formulaire est gratuit, mais "dans l’avenir, il pourrait devenir payant", selon Jackie Bednarz, porte-parole du ministère de l’Intérieur.

Il faudra avoir rempli ce questionnaire électronique 72 heures avant d’embarquer.

L’avantage est qu’il n’y aura plus de mauvaise surprise une fois arrivé sur le sol américain. Et, comme la réponse est immédiate, il sera encore possible de se rendre à l’Ambassade américaine pour discuter d’un éventuel refus.

Les pays européens se sont pour l’instant montrés favorables au projet, mais ils le refuseront s’il s’agit d’un visa déguisé. La Commission européenne donnera son évaluation sur la nature de l’ESTA —est-ce ou non une forme de visa— et sur l’usage que les Américains entendent faire des données fournies par les voyageurs, "60 jours avant l’entrée en fonction de l’ESTA", a-t-elle annoncé la semaine dernière.

Bruxelles s’est récemment fâché avec Washington, accusé de traîner les pieds sur les dispenses de visa, et a menacé de restaurer l’obligation de visa pour les diplomates américains si aucun progrès n’est enregistré sur ce dossier avant la fin de l’année. Les Etats-Unis maintiennent une obligation de visa pour les citoyens de 12 Etats de l’UE (Bulgarie, Chypre, Estonie, Grèce, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, République tchèque, Roumanie et Slovaquie).


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :