mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > La CIA accuse le Pakistan d’entretenir des liens avec les (...)

La CIA accuse le Pakistan d’entretenir des liens avec les talibans

Soren Seelow, le Monde, avec AFP et Reuters

mercredi 30 juillet 2008, sélectionné par Spyworld

logo

La directeur adjoint de la CIA s’est rendu ce mois-ci à Islamabad, où il a présenté à de hauts responsables pakistanais des preuves de liens entre les services secrets pakistanais (ISI) et les activistes opérant dans les zones tribales du pays, accusés d’être responsables du regain de violence en Afghanistan, rapporte le New York Times dans son édition du mercredi 30 juillet. Selon le quotidien, il s’agit de la mise en garde la plus sévère adressée à Islamabad depuis un avertissement lancé dans la foulée des attentats du 11-Septembre.

L’émissaire a montré à ses interlocuteurs des informations faisant état de liens étroits entre des membres de l’ISI et des groupes talibans pakistanais opérant dans les zones tribales proches de la frontière afghane et soupçonnés d’être responsables du regain de violence en Afghanistan. Le rapport de la CIA insiste en particulier sur les relations entre l’ISI et le groupe armé dirigé par Maulavi Jalaluddin Haqqani, accusé d’être derrière l’attentat-suicide qui a fait 58 morts à Kaboul le 7 juillet, le plus sanglant depuis la chute des talibans en 2001.

CHANGEMENT DE STRATÉGIE DE LA CIA

Quelques heures après cet attentat, perpétré contre l’ambassade d’Inde à Kaboul, le ministère de l’intérieur afghan avait mis en cause, sans les citer, "des conseils de milieux du renseignement de la région". Le président afghan, Hamid Karzaï, avait pour sa part pointé du doigt des "ennemis" qui veulent saper les relations fortes qui unissent l’Inde à son pays. Les relations entre Kaboul et Islamabad se sont détériorées ces derniers mois, Kaboul accusant de manière récurrente les services secrets pakistanais d’appuyer les insurgés talibans pour déstabiliser l’Afghanistan.

Le fait qu’un haut responsable de la CIA se déplace à Islamabad pour mettre le gouvernement pakistanais devant ses responsabilités constitue un changement d’attitude radical de l’administration Bush, le Pakistan étant considéré comme un allié crucial dans la lutte contre le terrorisme. Les relations entre la CIA et l’ISI sont d’ailleurs anciennes : "C’est l’ISI, financée à coups de millions de dollars par la CIA, qui avait alimenté en armes la guérilla opposée aux troupes soviétiques en Afghanistan dans les années 1980, rappelle le NYT. Ce sont désormais les forces américaines qui meurent en Afghanistan, et des responsables des renseignements pensent que ces liens anciens entre les services pakistanais et les groupes armés pourraient faire partie d’un effort pour déstabiliser l’Afghanistan."

"PEU CRÉDIBLE", POUR ISLAMABAD

L’arrivée au pouvoir, en mars, d’un nouveau gouvernement au Pakistan qui ne soit pas issu de la hiérarchie militaire a soulevé quelques inquitétudes à Washington. L’administration Bush craint que pour asseoir son pouvoir ce nouvel exécutif soit contraint d’accorder encore plus de pouvoir aux services de renseignement que du temps où le général Musharraf contrôlait à la fois l’armée et le gouvernement. Les négociations de paix engagées peu après les élections législatives entre le nouveau gouvernement et les talibans pakistanais ont également été vivement critiquées aux Etats-Unis, ainsi que par Kaboul.

Cet article du New York Times paraît alors que le premier ministre pakistanais, Yousaf Raza Gilani, est actuellement aux Etats-Unis pour sa première visite officielle depuis son arrivée au pouvoir en mars. Il s’est engagé, dans un entretien avec George Bush, à sécuriser la frontière entre son pays et l’Afghanistan. Mardi, dans un entretien sur PBS, il avait assuré que les rumeurs de liens entre certains membres de l’ISI et des activistes "ne sont pas crédibles".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :