lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Bush restructure les services de renseignement américains

Bush restructure les services de renseignement américains

AFP

jeudi 31 juillet 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le président américain George W. Bush a signé mercredi un décret qui renforce le rôle du directeur national du renseignement et donne la priorité à la lutte contre le terrorisme et la dissémination d’armes de destruction massive, a indiqué la Maison Blanche jeudi.

"Ce décret clarifie et renforce l’autorité et les responsabilités du directeur national du renseignement (DNI)", souligne la porte-parole de la Maison Blanche, Dana Perino dans un communiqué.

Le poste de DNI a été créé au printemps 2005 pour chapeauter les 16 agences de renseignement américaines et tenter de les faire travailler de concert.

Le poste est actuellement occupé par l’amiral Michael McConnell.

Jane Harman, une parlementaire, a confié au Washington Post que ce sera désormais "plus dur pour la communauté des agences de renseignement de résister" aux directives du DNI

La Maison Blanche n’a pas dans l’immédiat donné de détails sur les nouvelles prérogatives du DNI, mais a souligné que le décret allait "aider à créer une communauté du renseignement plus efficace, capable de fournir au président et à ses conseillers les informations nécessaires pour assurer la sécurité nationale".

La mise au point de cette réforme, qui a duré une année, a donné lieu à de féroces batailles de territoire, relève de son côté le Wall Street Journal. Mais les responsables du renseignement ont assuré au quotidien qu’ils travailleraient ensemble au sein du nouveau cadre.

L’une des "innovations les plus controversées", selon le Washington Post, est celle qui donne au DNI le pouvoir de demander la collaboration de services de renseignement d’autres pays, une prérogative dévolue jusqu’à présent à la CIA.

Les agences de renseignement n’auront toujours pas le droit d’assassiner des responsables étrangers ni de conduire "des expérimentations humaines", relève le Washington Post. La Maison Blanche pour sa part se contente de souligner que "le décret maintient et renforce les protections existantes pour les libertés et le droit à la vie privée des Américains".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :