jeudi 31 juillet 2014

Accueil du site > Renseignement > France > Le seul préfet issu de l’immigration rejoint l’Elysée

Le seul préfet issu de l’immigration rejoint l’Elysée

Isabelle Mandraud, Laetitia Van Eeckhout et Philippe Schilde, le Monde

jeudi 31 juillet 2008, sélectionné par Spyworld

logo

L’annonce a surpris dans le département de l’Aube. Lundi 28 juillet, le conseil des ministres a "mis fin aux fonctions" de Nacer Meddah, premier préfet issu de l’immigration depuis Aïssa Dermouche, qui, en septembre 2008, a dû, pour raison de santé, quitter le corps préfectoral.

Le communiqué officiel indique que M. Meddah, 48 ans, rejoindra son corps d’origine, la Cour des comptes. Il sera remplacé par Christian Rouyer, actuel préfet du Jura. En fait, "cette indication n’est que l’expression d’une procédure administrative", explique l’intéressé au Monde. "Le 26 août, je réintégrerai la Cour des comptes pour, aussitôt, rejoindre la présidence de la République", annonce M. Meddah, sans plus de précisions.

Selon nos informations, il intègre l’équipe de Bernard Bajolet, nommé premier coordonnateur national du renseignement par Nicolas Sarkozy, qui a pris ses fonctions le 21 juillet. Le préfet, assisté d’un ingénieur, sera l’un des adjoints de M. Bajolet et chargé des aspects juridiques et des ressources humaines du renseignement désigné comme le secteur prioritaire par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, présenté le 17 juin.

Autant la nomination, en janvier 2004, par M. Sarkozy, d’Aïssa Dermouche avait suscité la polémique et la colère de Jacques Chirac - le président avait critiqué l’emploi par le ministre de l’intérieur de l’expression "préfet musulman" -, autant celle, en août 2006, de Nacer Meddah, né dans le Pas-de-Calais de parents venus d’Algérie dans les années 1950, fut consensuelle. Décidée d’un commun accord par MM. Chirac, Sarkozy et Séguin, elle n’avait pas perturbé le microcosme troyen.

"BIENVENUE CHEZ LES CH’TIS"

En deux ans, il aura fait l’unanimité auprès des Aubois. Boulimique de rencontres, il était partout sur le terrain, particulièrement dans le monde industriel, à l’écoute des dirigeants d’usine. Il se montrait prompt à mobiliser ses services pour échafauder des solutions lorsque surgissaient des difficultés. "Nous avons travaillé main dans la main au sauvetage du fabricant de vélos Cycleurope à Romilly-sur-Seine", se félicite Philippe Adnot, président (divers droite) du conseil général de l’Aube. Son "sens de l’écoute, sa réactivité et ses analyses financières" ont séduit de la même manière à gauche. Le socialiste Jaïm Myara l’a "côtoyé dans la défense de l’emploi chez Olympia ou encore chez Plastika".

Pour le directeur du centre de marques McArthur Glen de Troyes, Geoffrey Nidd, "il a su se faire l’ambassadeur de ce département". Son départ est autant regretté par Patrice Liénart, président de la CGPME Aube, que par Béatrice Richard, vice-présidente du Syndicat général des vignerons. "Il nous ouvrait sa porte autant que de besoin", dit cette dernière, qui a apprécié l’humour feutré de ce haut fonctionnaire qui servait de la bière lors des réceptions à la préfecture en lançant à ses invités : "Bienvenue chez les Ch’tis !", façon de rappeler ses origines nordistes.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :