samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > Succès d’un vol expérimental à près de 10 fois la vitesse du (...)

Succès d’un vol expérimental à près de 10 fois la vitesse du son

AFP

mercredi 17 novembre 2004, sélectionné par Spyworld

logo

BASE AERIENNE D’EDWARDS (AFP) - L’avion expérimental sans pilote X-43A a réussi mardi à voler brièvement à près de 10 fois la vitesse du son (Mach 10) soit 11.000 km/h, record mondial de vitesse pour un engin propulsé par un moteur atmosphérique, qui ouvre la voie au vol hypersonique du futur. L’engin a ainsi battu pour la deuxième fois en moins de huit mois le record mondial de vitesse pour un tel appareil.

"Une fois de plus, nous avons franchi une étape historique dans l’histoire de l’aviation", a lancé sur la chaîne de télévision de la Nasa Vincent Rausch, directeur du programme X-43A, en précisant que la vitesse exacte serait connue après l’analyse des données de vol. Qualifiant cet essai "de très réussi", Frederick Gregory, administrateur adjoint de la Nasa, a ajouté qu’il s’agissait d’un objectif très important pour l’agence spatiale américaine.

Ce vol avait été retardé de 24 heures alors que la Nasa avait dû procéder à des vérifications supplémentaires des systèmes électroniques du X-43. Un autre exemplaire du X-43A avait atteint près de Mach 7 (7.700 km/h) le 27 mars, battant le précédent record de vitesse avec un moteur atmosphérique (par opposition à un moteur de fusée) établi par l’avion espion SR-71 Blackbird à Mach 3,2 (3.500 km/h) dans les années 60.

Les deux derniers succès du X-43, un appareil de petite taille (3,65 m de long pour 1,5 m d’envergure), au profil plat et aux lignes très aérodynamiques, résultent de 20 ans de recherches dans la technologie dite du "scramjet" (Supersonic Combustible Ramjet) fondée sur la propulsion par statoréacteur à combustion supersonique.

Contrairement aux fusées qui doivent emporter l’oxygène pour la combustion de leur moteur, un statoréacteur brûle son carburant en utilisant l’oxygène de l’atmosphère qu’il traverse à grande vitesse.

Un bombardier B52 de l’US Air Force avait décollé de la base d’Edwards en Californie peu après 13h00 (21H00 GMT) mardi emportant sous son aile droite le X-43 à un peu plus de 12.000 mètres d’altitude.

Une fois détaché de l’avion, après une ascension d’une heure environ, le X-43A, à mi-chemin entre l’avion et l’engin spatial, a été porté à 30.000 mètres par une fusée Pegasus dont il s’est ensuite séparé pour voler de façon autonome avec son statoréacteur allumé à près de Mach 10 pendant 10 secondes.

L’avion a ensuite poursuivi sa lancée en effectuant durant une dizaine de minutes une série de manoeuvres préprogrammées avant d’aller finir sa course dans le Pacifique.

L’administrateur de la Nasa, Sean O’Keefe, a estimé dans un communiqué que "le dernier vol du X-43A représentait une étape clé pour mettre au point de futurs lanceurs capables d’emporter dans l’Espace des charges importantes en toute sécurité et à faible coût".

"Le succès de l’X-43A nous aidera à faire avancer notre vision de l’exploration spatiale tout en faisant progresser la technologie de l’aviation commerciale", a-t-il ajouté.

Joel Sitz, le chef de projet X-43, un programme de 230 millions de dollars, a par ailleurs expliqué dans une conférence de presse à la base d’Edwards que ce vol historique avait "ouvert la voie à la technologie du scramjet qui a sans aucun doute un avenir".

Les données scientifiques très fructueuses collectées lors de ce dernier vol historique qui doivent encore être analysées devraient "apporter aux industriels comme au gouvernement beaucoup de confiance dans l’avenir des vols hypersoniques", a ajouté Joel Sitz.

L’US Air Force cherche à mettre au point un avion capable d’atteindre tout point du globe en moins de deux heures tout en transportant six tonnes de bombes ou de missiles de croisière.

Le Pentagone et le ministère australien de la Défense tenteront en 2005 en Australie de faire voler un autre "scramjet" à Mach 10 dans le cadre d’un projet, qu’ils cofinancent, visant à utiliser cette technologie pour placer des satellites en orbite.

Un B-52 porte sous son aile le X-43A sur le nez d’une fusée Pegasus mardi 16 novembre 2004
Un B-52 porte sous son aile le X-43A sur le nez d’une fusée Pegasus mardi 16 novembre 2004

Une fois détaché de l’avion après une ascension d’une heure environ, le X-43A, à mi-chemin entre l’avion et l’engin spatial, a été porté à 30.000 mètres par une fusée Pegasus dont il s’est ensuite séparé pour voler de façon autonome avec son statoréacteur allumé à près de Mach 10 pendant 10 secondes. (AFP/AFP/Nasa - mercredi 17 novembre 2004, 9h26)

Principe de fonctionnement du vol d’essai de l’avion sans pilote de la Nasa X-43
Principe de fonctionnement du vol d’essai de l’avion sans pilote de la Nasa X-43

Un autre exemplaire du X-43A avait atteint près de Mach 7 (7.700 km/h) le 27 mars, battant le précédent record de vitesse avec un moteur atmosphérique (par opposition à un moteur de fusée) établi par l’avion espion SR-71 Blackbird à Mach 3,2 (3.500 km/h) dans les années 60. (AFP/AFP/Infographie - mercredi 17 novembre 2004, 9h26)


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :