mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Défense antimissile : des bombardiers stratégiques russes en Biélorussie ? (...)

Défense antimissile : des bombardiers stratégiques russes en Biélorussie ? (Vremia novosteï)

RIA Novosti

lundi 11 août 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Pour l’instant, Moscou continue à réfléchir à la meilleure manière de répondre au déploiement par les Américains d’éléments de leur système de défense antimissile (ABM) en République tchèque et en Pologne, et n’entreprend rien de concret, lit-on jeudi dans le quotidien Vremia novosteï.

Cependant, les fonctionnaires russes multiplient les déclarations acerbes sur les mesures de rétorsion possibles. Alexandre Sourikov, ambassadeur russe en Biélorussie, n’a pas exclu hier l’éventualité d’un déploiement de missiles russes Iskander et de bombardiers stratégiques dans ce pays.

"Lorsque la Pologne signera avec les Etats-Unis le traité sur le déploiement sur son sol d’éléments de la défense antimissile, nous pourrons examiner avec la Biélorussie certains aspects supplémentaires de la coopération militaire", a déclaré l’ambassadeur. Cependant, il a souligné qu’il n’était pas question d’un retour des armes nucléaires en Biélorussie (cette possibilité a été examinée par les experts), car les deux alliés "se conforment au traité TNP que personne ne peut violer".

Une source militaire bien informée à Moscou a confirmé hier au quotidien, sous le couvert de l’anonymat, qu’il était prévu de déployer dans la région de Kaliningrad des radars et des missiles capables d’intercepter d’éventuels missiles lancés vers la Russie, mais elle a déclaré ne disposer d’aucun renseignement au sujet de la Biélorussie.

La même source s’est montrée sceptique par rapport aux propos du diplomate russe sur le déploiement de missiles Iskander en Biélorussie : "L’objectif poursuivi n’est pas clair. Quoi qu’il en soit, les bases américaines en République tchèque et en Pologne se trouveront à une distance plus grande des frontières de la Biélorussie que celle que peuvent franchir les missiles du système Iskander, dont la portée de tir est de 280 km". "La Russie possède d’autres missiles stratégiques, par exemple, les RS-16 ou RS-20, destinés à intercepter des missiles, et il n’est pas obligatoire de les déployer en Biélorussie ou dans la région vulnérable de Kaliningrad", a-t-elle rappelé.

D’après l’interlocuteur anonyme du journal, il est "absurde" d’évoquer un déploiement de l’aviation stratégique en Biélorussie. "Les bombardiers stratégiques Tu-160 ayant un rayon d’action d’environ 13.000 km peuvent accomplir n’importe quelles missions à partir de leurs aérodromes de base à l’intérieur de la Russie. Le pays possède également d’excellents bombardiers à long rayon d’action Tu-22M3 capables de franchir jusqu’à 1.800 km à une vitesse supersonique. Dotés d’armes redoutables, ils peuvent parfaitement être une réponse au déploiement de la défense antimissile américaine en Europe de l’Est".

En outre, a poursuivi l’expert, Moscou continue d’espérer une "révision de la conception de la défense antimissile" après l’élection présidentielle de novembre aux Etats-Unis.

Cet article est tiré de la presse et n’a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :