samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Afghanistan - Morin : "Il faut augmenter notre capacité de renseignement"

Afghanistan - Morin : "Il faut augmenter notre capacité de renseignement"

LCI.fr

samedi 23 août 2008, sélectionné par Spyworld

logo

- Le ministre de la Défense affirme qu’il faut "tirer les conséquences" de la progression des talibans et augmenter "notre capacité de reconnaissance et de renseignement."
- Il a également affirmé qu’avant de transférer le pouvoir à l’armée afghane, il fallait "un maximum de protection."

Alors que la mort de 10 soldats en Afghanistan suscite des interrogations sur le bien-fondé de la présence française dans le pays, Hervé Morin revient sur la stratégie de l’hexagone pour lutter contre le terrorisme. Dans un entretien au Figaro.fr, le ministre de la Défense estime que la France doit augmenter sa "capacité de reconnaissance et renseignement" en Afghanistan. "Les insurgés, dont le Pakistan et les zones tribales sont le vivier majeur, sont de plus en plus performants. Il faut en tirer les conséquences et augmenter notre capacité de reconnaissance et de renseignement", déclare le ministre. "On ne peut pas mettre en place des moyens aéroportés pour chaque patrouille, car il y en a 100 à 150 par jour. Mais peut-être faut-il envoyer des drones et renforcer les moyens héliportés", ajoute-t-il.

"Il n’y aura pas de changement"

"Nous ne pouvons pas (...) transférer le pouvoir à l’armée afghane sans avoir au préalable pacifié et sécurisé ces zones. Il faut faire en sorte qu’il y ait un maximum de protection", dit-il.

Réaffirmant qu’"il n’y aura pas de changement" dans l’engagement de la France en Afghanistan, Hervé Morin souligne que Paris "a toujours dit que la solution n’était pas uniquement militaire". "Il faut une action de reconstruction et des efforts dans tous les secteurs. Mais il ne faut pas non plus faire l’impasse sur l’action militaire", insiste-t-il. Il souhaite "davantage de cohérence entre les forces nationales engagées en Afghanistan". "Le fait que les pays, par exemple, ont des règles d’engagement différentes limite l’efficacité des actions", souligne-t-il.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :