lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Hausse des vols d’identité

Hausse des vols d’identité

Jean-François Codère, Canoe.com

samedi 23 août 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le vol d’identité est un crime en ascension partout au Canada, selon le Rapport sur le crime organisé 2008 présenté hier par le Service canadien du renseignement criminel. Démunis pour l’instant, les policiers avouent avoir besoin de la collaboration du public pour progresser.

Même si les 10 336 plaintes liées au vol d’identité recensées au Canada entre le 1er janvier 2007 et le 31 mars 2008 n’ont rapporté que 7 M$ à leurs auteurs, un total relativement faible dans l’univers du crime organisé, les services policiers canadiens prennent la menace au sérieux.

C’est que seule une « très faible proportion » des cas parviennent aux oreilles des policiers, estiment ceux-ci. Leurs efforts pour contrer cette criminalité en sont ralentis d’autant.

Porter plainte

« Le renseignement est à la base de tout » dans les enquêtes policières, rappelle Robert Chartrand, directeur du service du renseignement criminel du Québec (SRCQ).

Les individus dont le compte en banque est détroussé par des fraudeurs étant rapidement remboursés par leur banque, la majorité ne porte pas plainte, dénonce M. Chartrand.

« Nous avons une bonne collaboration avec les banques, mais ce sont les individus qui détiennent les informations sur leurs allées et venues qui pourraient nous aider à retracer les criminels. »

Facebook

Les façons pour les criminels de récolter des données personnelles sont très nombreuses et s’étendent de la fouille des poubelles à la cueillette de renseignements publiés par les victimes elles-mêmes.

« Aujourd’hui,on donne des informations qui, il n’y a pas longtemps, étaient considérées comme privées via des sites comme Facebook », a relevé le commissaire de la GRC, William Elliott.

Au-delà de leur côté lucratif, les vols d’identité sont aussi prisés par le crime organisé parce qu’ils permettent de masquer d’autres crimes.

« Une fois créées, les fausses identités donnent aux groupes du crime organisé un moyen clandestin de se procurer des biens et des services d’entreprises légitimes et de commettre des crimes à grande échelle », note le rapport.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :