vendredi 15 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > ABM : la Russie prête à réagir "militairement" (Medvedev)

ABM : la Russie prête à réagir "militairement" (Medvedev)

RIA Novosti

mercredi 27 août 2008, sélectionné par Spyworld

logo

La Russie sera obligée de réagir "militairement" si l’OTAN déploie ses missiles à proximité de ses frontières, a déclaré le président russe Dmitri Medvedev dans une interview accordée mercredi à la chaîne de télévision panarabe Al-Jazeera.

"Pour ce qui concerne le bouclier antimissile, le déploiement de missiles en Pologne et d’un radar en République tchèque, cela n’est qu’un pas de plus vers l’attisement des tensions. Nous ne pouvons pas considérer cette démarche autrement que comme dirigée contre la Russie, quels que soient les motifs évoqués en l’occurrence par les pays de l’OTAN", a-t-il affirmé.

"On nous raconte que certains pays représentent une menace, c’est du blabla, a-t-il poursuivi. Ces missiles, une fois installés à proximité de nos frontières, nous menaceront, c’est certain. Cela ne manquera pas d’aggraver les tensions, et nous serons amenés à réagir, naturellement par des moyens militaires."

"Je pense que l’OTAN le comprend parfaitement. C’est le choix de l’Alliance atlantique, ce n’est pas nous qui installons des missiles", a ajouté le chef du Kremlin.

Washington envisage de déployer en Europe de l’Est des éléments de son bouclier antimissile pour parer à d’éventuelles attaques venant d’Iran ou de Corée du Nord. Il compte ainsi installer un radar en République tchèque et dix missiles intercepteurs en Pologne. Moscou, se sentant menacé, a exprimé à plusieurs reprises son hostilité envers ce projet malgré les tentatives américaines pour rassurer la Russie.

Interrogé sur l’éventuelle réaction russe face à l’admission de la Géorgie et de l’Ukraine au Plan d’action pour l’adhésion à l’OTAN (MAP), le chef du Kremlin a reconnu : "Finalement, c’est une affaire de l’OTAN". "Mais si cette décision est prise, nous ne nous en réjouirons pas. Cela attisera les tensions sans nul doute", a-t-il ajouté.

Evoquant l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, M. Medvedev a appelé à "demander l’avis des Ukrainiens, car il n’y a jamais eu de référendum sur cette question ".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :