mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > France > Les pirates de l’air soudanais se sont rendus

Les pirates de l’air soudanais se sont rendus

Nouvelobs, avec AFP et Reuters

mercredi 27 août 2008, sélectionné par Spyworld

logo

L’appareil détourné mardi au Darfour était stationné à Koufra dans le sud-est de la Libye. Les pirates, qui se réclamaient du Mouvement de libération du Soudan, avaient libéré les passagers et voulaient s’envoler vers Paris.

Les pirates de l’air auteurs du détournement d’un avion de ligne soudanais vers la Libye se sont rendus mercredi 27 août aux autorités libyennes, a annoncé à l’AFP un responsable libyen.

"Ils (les pirates) se sont rendus maintenant", a déclaré ce responsable depuis l’aéroport de Koufra, dans le sud-est de la Libye, où l’avion est stationné depuis mardi soir. L’avion avait été détourné mardi après son décollage de Nyala, dans le Darfour, d’où il devait se rendre à Khartoum.

Les deux pirates de l’air avaient préalablement libéré les passagers. Le nombre des preneurs d’otages avait été déterminé selon les témoignages de passagers mais n’avait pu être établi clairement.

Les passagers libérés étaient "en état de choc" mais en bonne santé.

L’avion détourné de la compagnie intérieure soudanaise Sun Air avait atterri mardi à l’aéroport militaire de Koufra, ville oasis située à 1.350 km au sud-est de la capitale libyenne Tripoli, après avoir été détourné dans la région en guerre du Darfour avec 87 passagers et huit membres d’équipage à bord.

Voler vers Paris

"Le pilote (de l’appareil détourné) a fait savoir au chef de l’aéroport de Koufra que les pirates de l’air ne voulaient pas de négociations et qu’ils n’avaient qu’une seule exigence, à savoir que le plein de l’avion soit fait de manière à pouvoir se rendre à Paris", avait indiqué plus tôt l’agence de presse libyenne Jana, qui cite le chef de l’aéroport de Koufra, Khaled Sassia.

Les pirates de l’air avaient également demandé des cartes pour guider l’avion de Koufra vers Paris, ajoutait Jana.

Le pilote a dit aux autorités libyennes que les pirates de l’air affirmaient appartenir à une branche du Mouvement de libération du Soudan (SLM), l’une des organisations rebelles en lutte au Darfour.

Des pirates se réclamant du SLM

"Ils disent appartenir à la faction d’Abdel Wahed Nur, qui vit à Paris. Ils se sont coordonnés avec lui pour le rencontrer dans la capitale française", avait déclaré le pilote, cité par Jana, aux autorités libyennes.

La faction du SLM dirigée par Abdel Wahed Mohamed al Nour avait démenti de son côté que les pirates de l’air fassent partie de ses rangs. Elle avait accusé le gouvernement soudanais d’être responsable de ce détournement, cela pour justifier de nouveaux massacres au Darfour.

En France, le ministre des Affaires étrangères, avait estimé que Abdel Wahed Nur "est un vrai chef de la rébellion, de la résistance du Darfour, qui dit qu’il ne connaît pas ces gens et qu’il refuse absolument d’employer ces méthodes, c’est plutôt un homme pacifique", a déclaré le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :