jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > Siemens : espionnage sur Dassault Systèmes ?

Siemens : espionnage sur Dassault Systèmes ?

Easybourse.com

mercredi 3 septembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le groupe français de solutions 3D et de gestion de cycle de vie de produits, Dassault Systèmes a appuyé les rumeurs qui circulaient dans la presse allemande au mois de juin dernier. Son concurrent Siemens aurait violé certains secrets industriels de Dassault Systèmes.

Tout a commencé avec un article paru dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung du 4 juin dernier. L’article exposait comment certaines données confidentielles appartenant à Dassault Systèmes avaient été diffusées sur l’intranet du groupe Siemens. Ce mercredi, le français Dassault Systèmes confirme à travers un communiqué que Siemens aurait bien violé certains secrets industriels.

Les documents qui ont circulé comprennent notamment un fichier commercial confidentiel qui regroupe 3 216 clients allemands, suisses et autrichiens dans la branche de la mécanique, ainsi que des fichiers de coût de maintenance.

Dassault Systèmes a mené une enquête afin de retrouver les dossiers ayant circulé et de mieux comprendre la façon dont ces informations confidentielles ont pu atterrir chez son concurrent allemand Siemens.

Dans le communiqué, le groupe français affirme avoir récupéré la liste des 3 216 clients et ses copies. Siemens aurait d’ailleurs reconnu son tort sans pour autant préciser le nombre de secrets industriels dérobés ni leur utilisation.

Rappelons que Siemens cumule cette affaire avec une enquête pour scandale de corruption. Un scandale de corruption s’est déroulé au sein du groupe entre 2003 et 2006 pour un montant estimé à 1,3 milliard d’euros en 2007. Les caisses noires servaient à verser des pots-de-vin dans l’acquisition de grands contrats internationaux.

Les dirigeants accusés auraient laissé des failles importantes dans les structures anti-corruption existant au sein de Siemens, selon le magazine allemand Der Spiegel. Les principaux accusés sont l’ancien PDG Heinrich von Pierer et son successeur Klaus Kleinfeld, ainsi que neuf autres anciens responsables.

En octobre dernier, Siemens avait accepté de payer une amende de 201 millions d’euros pour stopper les poursuites dont il faisait l’objet en Allemagne. Actuellement, le conglomérat industriel poursuit ses anciens dirigeants.

A la bourse de paris, ce mercredi vers 16h, le titre Dassault Systèmes recule de 1,39%, tandis que la valeur Siemens baisse de 1,55% à la bourse de Francfort.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :