dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Fichier Edvige : Morin s’interroge et se démarque du gouvernement

Fichier Edvige : Morin s’interroge et se démarque du gouvernement

LePoint.fr

dimanche 7 septembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre de la Défense Hervé Morin, a joint sa voix ce week-end aux critiques de l’opposition contre le fichier de police Edvige, qui suscite un tollé parmi les associations . "Nous avons besoin de fichiers pour assurer la sécurité de nos compatriotes. Mais en l’espèce, je voudrais poser un certain nombre de questions", a déclaré Hervé Morin, qui s’exprimait en tant que président du Nouveau centre (NC) devant quelque 400 militants à La Londe des Maures lors de l’université d’été de son parti.

Créé par un décret paru le 1er juillet au Journal officiel, Edvige permet de recenser dès 13 ans des personnes jugées "susceptibles de porter atteinte à l’ordre public", ainsi que des personnes "ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique" ou jouant un "rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif".

"Mélange des genres"

"Est-il utile pour assurer la sécurité de nos compatriotes, de centraliser des informations relatives aux personnes physiques ayant seulement sollicité un mandat politique ou syndical ?", s’est interrogé Le ministre de la Défense. "Est-il utile que (...) l’on y intègre des éléments type les coordonnées téléphoniques, les orientations, sans savoir exactement de quoi il s’agit, des informations d’ordre fiscal ou patrimonial ? Est-ce bien nécessaire de ficher les personnes jouant selon les termes même du décret un rôle institutionnel économique social ou religieux significatif ? N’y a-t-il pas là un curieux mélange des genres ?" Et de conclure : "Voilà un sujet qui démontre que la question de nouvelles libertés fondamentales se pose à nous. Pour ma part je ferai des propositions au début de l’année prochaine sur ces sujets là".

Après avoir pris connaissance de ces doutes, la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie a réagi avec un brin d’ironie. "Je suis ravie que Hervé Morin se pose des questions. La question que moi je me pose, c’est comment il se fait que depuis le 1er juillet, il n’ait pas réussi à trouver mon numéro de téléphone pour me demander ce qu’il en était, je l’aurais rassuré", a-t-elle déclaré en marge du "Campus" UMP de Royan.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :