samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Pyongyang dispose d’un second site d’essais

Pyongyang dispose d’un second site d’essais

AFP

jeudi 11 septembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Selon John Pike, analyste américain indépendant, la Corée du Nord dispose d’un second site d’essais, muni d’un pas de tirs pour des missiles balistiques intercontinentaux. Il affirme que ce site a été découvert sur la côté ouest du pays.

La Corée du Nord dispose d’un second site d’essais avec un pas de tir pour des missiles balistiques intercontinentaux, a affirmé mercredi un analyste indépendant qui a pu voir des images du site.

"Cette installation est conçue pour mener un important programme d’essais", a déclaré John Pike, directeur de GlobalSecurity.org, un groupe de recherche spécialisé dans les questions de sécurité.

"Elle est importante car elle est le signe de l’intention (des Nord-Coréens) d’acquérir une capacité à développer des missiles balistiques intercontinentaux fiables", a-t-il dit à l’AFP.

M. Pike a expliqué que ce site de lancement de missiles avait été découvert sur la côte ouest de la Corée du Nord, près de la Chine, par Joseph Bermudez, un expert du groupe Jane’s Intelligence, spécialisé dans les questions de sécurité internationale.

M. Pike et Tim Brown, un spécialiste en imagerie travaillant pour Talent-keyhole.com, avaient découvert en 1999 un site de lancement de missiles balistiques intercontinentaux de plus petite taille à Musudan-ni, sur la côte est de la Corée du Nord.

A l’époque, M. Pike avait jugé que "ce n’était pas quelque chose qui soit capable de soutenir un important programme d’essais", a-t-il expliqué.

Le site de la côte avait été utilisé par la Corée du Nord pour lancer un missile Taepodong contre le Japon en 2001. Le lancement d’un missile Taepodong-2 depuis ce site en 2006 avait échoué.

Le nouveau site, en revanche, est beaucoup plus grand, plus sophistiqué et mieux relié au réseau de transports, a expliqué M. Pike. "Il est conçu pour effectuer un lancement trois ou quatre fois par an, plutôt que tous les dix ans", a-t-il souligné, expliquant qu’en plus de sites d’essais, il disposait d’un pas de tir relativement sophistiqué pour les lancements de missiles balistiques de longue portée.

Ce pas de tir semblait cependant être en cours de construction et nécessiter encore un an ou deux avant d’être terminé, selon lui.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :