lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Fermeture de sites militaires : la carte des compensations

Fermeture de sites militaires : la carte des compensations

Xavier Ternisien, le Monde

mardi 16 septembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le secrétaire d’état à l’aménagement du territoire, Hubert Falco, doit rendre public, mardi 16 septembre, le détail des compensations qui seront attribuées aux villes touchées par les départs de régiments et les fermetures de casernes dans le cadre de la restructuration de la carte militaire. Des contrats de redynamisation de sites de défense, pour un montant total de 320 millions d’euros, seront signés pour 24 sites concernés. Dès 2009 et 2010, neuf villes se verront proposer des contrats financés par une dotation de l’Etat de 51 millions d’euros.

Parmi les villes les plus touchées, Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), qui perd le Centre national d’aguerrissement en montagne, devrait accueillir un établissement de tourisme, grâce à un contrat de redynamisation de 2 millions d’euros. Briançon (Hautes-Alpes) bénéficiera d’un contrat de 2 millions d’euros pour soutenir un projet municipal de centre de congrès. A Bitche (Moselle), ville qui perd près de la moitié de sa population de 5 700 habitants, 10 millions d’euros devraient permettre d’améliorer les liaisons ferroviaires et routières avec l’Allemagne et l’Alsace et de développer le numérique. Selon des informations parues dans Le Figaro le 11 septembre, Dieuze (Moselle) devrait accueillir un "pôle d’excellence rurale" visant à encourager par des aides un secteur d’activité particulier. En outre, l’Etat devrait favoriser l’extension du TGV Est entre Baudrecourt et Strasbourg. "Il ne s’agit là que de pistes évoquées avec les élus", précise-t-on au secrétariat d’Etat à l’aménagement du territoire.

CONTREPARTIES

En ce qui concerne l’agglomération de Metz, qui perd 5 860 emplois militaires, le président de la République a annoncé aux élus, le 2 septembre, la délocalisation de 1 500 emplois publics, dont un millier à travers la création d’un "pôle statistique national". L’université de Metz doit être intégrée dans une "session de rattrapage" du plan campus. Un comité interministériel d’aménagement du territoire (CIAT) consacré à la Moselle doit se tenir en janvier. Nicolas Sarkozy a aussi évoqué la "possibilité" d’un rapatriement en Moselle "d’un ou deux régiments" français basés en Allemagne. Mais le président doit obtenir l’accord du gouvernement allemand. Plusieurs villes de Lorraine, dont Commercy (Meuse), sont candidates pour accueillir ce régiment.

Les contreparties de l’Etat pourraient atteindre un milliard d’euros au total, avait annoncé M. Falco dans un entretien au Monde (25 juillet). Le secrétaire d’Etat devrait présenter en détail, le 16 septembre, la mission d’Hubert Blanc, nommé "super préfet" pour accompagner les restructurations militaires dans le Grand Est. Au cours de l’été, M. Falco s’est déplacé dans sept sites concernés. L’accueil a été houleux à Briançon et à Bitche, ville où le secrétaire d’Etat a été bousculé par des manifestants, le 28 juillet.

De 2 à 10 millions par site de défense - Le Monde


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :