mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le FBI défend de nouvelles règles pour l’agence devant le (...)

Le FBI défend de nouvelles règles pour l’agence devant le Congrès

AFP

mardi 16 septembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le directeur du FBI a défendu mardi devant la chambre des représentants américaine de nouvelles règles de fonctionnement controversées car elles visent notamment à lui permettre d’ouvrir plus rapidement une enquête en l’absence de preuve matérielle.

"J’espère que nous pourrons rendre ces règles effectives pour les agents opérant sur le terrain avant la fin du trimestre", a déclaré Robert Mueller convoqué pour témoigner devant la Chambre des représentants, avant le Sénat mercredi.

Ces nouvelles règles doivent entrer en vigueur le 1er octobre mais le Congrès a demandé la semaine dernière au ministre de la Justice de les reporter, le temps de pouvoir les analyser.

Les directives en question sont très critiquées par les associations de défense des libertés individuelles car elles donnent au FBI une plus grande latitude pour ouvrir une enquête, entamer une surveillance ou mener des interrogatoires "clandestins" (sans se présenter comme un agent de police) sur la base d’éléments non concrets, comme des considérations de race ou d’ethnie.

"La menace aujourd’hui et pour l’avenir est la convergence dangereuse du terrorisme, des gouvernements étrangers hostiles et des groupes criminels opérant par l’intermédiaire d’internet ou à travers des réseaux sophistiqués et interconnectés", a déclaré lundi M. Mueller.

Pour lui, alors que les directives du FBI sont régulièrement actualisées, ces nouvelles règles sont "l’étape suivante logique (...) et nécessaire si le FBI veut poursuivre sa transition entre une agence de maintien de l’ordre traditionnelle et une organisation pilotée par le renseignement".

Il a démenti le fait que ces directives donnent des pouvoirs illimités au FBI, expliquant que "les techniques qui étaient autorisées dans certaines circonstances pour des affaires criminelles seront maintenant autorisées pour des affaires de sécurité nationale et vice-versa".

Le FBI, qui a été très critiqué pour ses défaillances dans la prévention des attentats du 11-Septembre et dans la manière dont il a mené l’enquête sur les attentats à l’anthrax à l’automne 2001, a entamé depuis quelques années une mue profonde de son fonctionnement en développant ses activités de renseignement.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :