mardi 24 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Le président américain souligne la vigilance face au terrorisme

Le président américain souligne la vigilance face au terrorisme

Xinhua

mercredi 24 septembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le président américain George W. Bush a insisté mardi sur la question du terrorisme, estimant que cette menace n’a pas disparu.

Dans son discours prononcé lors du débat général de la 63e Assemblée générale des Nations Unies, il a affirmé que les Etats souverains avaient l’obligation d’empêcher leurs territoires d’être utilisés comme sanctuaire pour le terrorisme, la prolifération nucléaire, le trafic d’êtres humains et le crime organisé.

Pour sa dernière apparition au débat annuel de l’ONU, M. Bush dont le mandat se terminera en janvier 2009, a estimé que l’ONU et d’autres organisations internationales avaient également une responsabilité dans la lutte contre le terrorisme, en leur proposant de prendre des mesures pour empêcher le terrorisme de proliférer, au lieu de passer des résolutions condamnant le terrorisme.

Il a salué l’Irak et l’Afghanistan, deux Etats qui sont passés du soutien à la lutte contre le terrorisme. "La Libye a renoncé au terrorisme et à la recherche d’armes nucléaires" et "l’Arabie saoudite et le Pakistan combattent activement le terrorisme", a ajouté M. Bush. Il a toutefois affirmé que "quelques régimes comme la Syrie et l’Iran continuent de parrainer le terrorisme".

Quant à la situation économique mondiale, M. Bush a exprimé sa déception sur l’échec des négociations du cycle de Doha sur le commerce international et appelé à ouvrir les économies et à combattre l’isolationnisme économique.

Il a annoncé à cette occasion que face à l’actuelle crise des subprimes qui prend l’origine aux Etats-Unis et affecte surtout les économies développées, Washington prenait "des mesures fermes pour empêcher de graves problèmes à l’économie américaine et qui aurait des effets dévastateurs sur les économies mondiales".

"Mon gouvernement et le Congrès travaillent en ce moment à approuver une stratégie audacieuse" pour remédier aux problèmes fondamentaux de cette crise financière, a dit M. Bush, devant beaucoup de participants qui craignent que le dernier plan de sauvetage du gouvernement et de la banque centrale (Fed) des Etats- Unis, à hauteur de 700 milliards de dollars, ne cause une réduction de l’aide aux pays pauvres, alors que le processus de réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) se trouve à un tournant décisif.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :