samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Alliot-Marie entend "dégonfler les fantasmes"

Alliot-Marie entend "dégonfler les fantasmes"

Nouvelobs.com

vendredi 26 septembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

La ministre de l’Intérieur va réunir prochainement le groupe de contrôle des fichiers mis en place en 2002 par Nicolas Sarkozy.

La ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a annoncé, vendredi 26 septembre, qu’elle allait réunir prochainement le groupe de contrôle des fichiers créé en 2002 par son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, après la controverse autour du fichier Edvige, qui a entrainé la réécriture du décret créant ce nouveau fichier censé remplacer celui des ex-Renseignements généraux (RG).

La ministre, qui s’exprimait devant des journalistes en marge de la présentation de son budget 2009, a expliqué qu’elle voulait, de la sorte, "dégonfler des fantasmes". "Il y a tellement de fantasmes" quand on parle de fichiers que "je veux arriver à les dégonfler", a expliqué Michèle Alliot-Marie.

Les fichiers "sont des instruments de travail pour la police, mais on a besoin de les contrôler", a relevé la ministre qui veut "que les citoyens aient confiance en ce ministère".

Pas de réunion depuis 2006

Dès son arrivée au ministère de l’Intérieur en 2002, l’actuel président de la République, Nicolas Sarkozy, avait créé une "commission des fichiers" présidée par Alain Bauer, par ailleurs président de l’Observatoire national de la délinquance (OND).

Cette commission "avait émis une recommandation pour mettre en place un ’groupe de contrôle’ à configuration ouverte", a rappelé Alain Bauer vendredi, en précisant qu’il était composé de "représentants de syndicats de police, de magistrats, des droits de l’Homme, des directions générales de la police et de la gendarmerie, de sociologues". L’idée de réunir ce groupe, qui ne l’avait pas été depuis 2006 est dans l’air du temps depuis plusieurs semaines mais il n’a toujours pas été saisi.

Selon une autre source proche de ce dossier, "en avril-mai, Alain Bauer avait fait une note, après le fichier Ardoise et avant ceux à venir tels qu’Edvige, justement, ou ceux des passeports biométriques ou des cartes nationales d’identité".

Cette note, a ajouté cette source, suggérait "d’anticiper les problèmes éventuels plutôt que de les subir".


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :