mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Le BIS à propos des activités d’espionnage russes en Tchéquie

Le BIS à propos des activités d’espionnage russes en Tchéquie

Alena Gebertová, Radio.cz

vendredi 26 septembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Aucun des précédents rapports annuels du Service de renseignements tchèque, le BIS, ne semble avoir eu un tel retentissement comme celui qui vient d’être publié cette semaine.

« Le BIS constate que les activités d’espionnage russes en République tchèque atteignent une intensité et un niveau extrêmement importants », peut-on lire dans le document qui a été publié sur le site du service et qui est depuis largement médiatisé. Le ministre de l’Intérieur, Ivan Langer, prend ce rapport très au sérieux. Jan Vidim de l’ODS, chef de la commission parlementaire chargée de la Défense, le considère comme alarmant :

« C’est pour moi une information nouvelle, jamais auparavant les directeurs des trois secteurs du Service de renseignements ne nous ont donné d’informations aussi ouvertes et univoques. La semaine prochaine, je les inviterai à expliquer ce qui se passe vraiment, car à vrai dire, c’est une situation qui m’effraie. »

Dans le pages du rapport, on peut lire : « Pour imposer leurs intérêts, les services de renseignements de la Fédération russe ont cherché, au cours de l’année écoulée, à contacter et influencer des personnes et des sujets au sein de la société civique, dans la sphère politique et dans les médias ». Selon le rapport du BIS, c’est la base radar américaine que les Etats-Unis veulent implanter sur le territoire tchèque qui aurait été au centre de l’intérêt des agents russes. Le Service de renseignements estime que ces activités s’inscrivent dans une campagne de longue haleine ayant pour but de compromettre l’intégrité de l’Union européenne et de l’OTAN et d’isoler les Etats-Unis…S’agissant du crime organisé, le rapport relève en premier lieu les activités des groupes de langue russe, des groupes du Caucase et des pays des Balkans qui s’efforcent de légaliser leurs affaires en établissant des contacts et des liens avec l’administration publique, avec la police et la justice.

En ce qui concerne la scène extrémiste en République tchèque, le rapport fait savoir que les formations d’extrême droite, en particulier son plus fort représentant, la Résistance nationale, développent leurs contacts par l’internet. Et de constater que la police a parfois du mal à distinguer dans la rue les extrémistes de gauche de ceux de droite. Pourquoi ? Ils aiment à s’habiller tous à l’unisson, en noir… Le rapport du BIS constate également que le danger d’attaque terroriste n’est pas d’actualité, en République tchèque.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :