lundi 16 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > Police : la main courante livre ses secrets

Police : la main courante livre ses secrets

Jean-Marc Leclerc, le Figaro

mardi 11 octobre 2005, sélectionné par Spyworld

logo

Le Figaro décortique le nouveau journal de bord informatisé des commissariats. Un immense fichier de police qui dresse le portrait d’une société chaque jour plus violente.

DIX suicides par jour recensés en moyenne par la police ! Mais aussi, chaque mois, 120 coups de feu, 200 décès suspects, des milliers de menaces et de coups portés dans le cercle familial ou entre voisins et autant de voitures et de poubelles incendiées, sans oublier les rixes sur la voie publique, les bagarres entre automobilistes, les rodéos automobiles à bord de voitures volées (voir l’infographie). Voici pour la première fois le grand journal des événements qui ont mobilisé les services de police durant les huit derniers mois de l’année 2004, à raison de près de 7 000 interventions quotidiennes. Sollicités 24 heures sur 24, les hommes et les femmes en tenue déclarent aussi plus d’une intervention sur dix pour un « appel fantaisiste ». Et près de 50 appels par mois pour leur tendre un guet-apens !

Jusqu’alors, ces informations restaient pour l’essentiel consignées dans un registre papier à usage local. Mais la magie de l’informatique a opéré. Depuis l’an dernier, discrètement, tout ce que la police fait et apprend remonte à Paris, via les directions départementales de la sécurité publique. Ce système de fichiers mis en réseau constitue la nouvelle main courante des commissariats. Une mine de renseignements sur l’ambiance des quartiers, les conflits, les incivilités. « La main courante informatisée, c’est la vie des gens, le coeur de notre métier », résume Patrick Trotignon, secrétaire régional de Synergie-Officiers.

Pour Olivier, 38 ans, capitaine de police dans la grande couronne parisienne, la MCI sert avant tout d’« outil de pilotage ». Son premier réflexe de la journée consiste à retracer les prises de service de ses hommes enregistrées dans l’ordinateur. Puis il épluche les comptes rendus d’intervention des patrouilles et les déclarations d’usagers, histoire de « prendre le pouls de la circonscription ».

« o » pour dégât des eaux, « q » pour une affaire de moeurs

Les pages défilent sur l’écran. Ici, une femme rapporte les propos menaçants de son mari : « Je vais te tuer et je brûlerai la maison ! » Là, une retraitée se plaint d’une voisine qui lui « lance des poils de chat ». « Vous n’imaginez pas la violence dans les rapports entre les gens mais aussi le nombre de timbrés qui nous harcèlent », se désole le policier. « d » « o » « q » « Mais pas le correcteur orthographique ! », « Avant l’informatique, la main courante était remplie par un vieux chef de poste qui savait rédiger »,

se souvient, nostalgique, l’officier de permanence.peste l’agent. pour affaire de moeurs. Un espace a été prévu pour le compte rendu du fonctionnaire. pour un dégât des eaux... et pour un différend, Dans le bureau d’à côté, un agent rentrant de mission tape consciencieusement sa fiche d’intervention sur son clavier. Chaque événement signalé correspond à un code : En un clic, il lance l’outil de recherche du nouveau logiciel. Il entre le nom d’un « client » bien connu de ses services. Toutes les fiches y faisant référence apparaissent à l’écran, du vol aux menaces réitérées contre un voisin. Au total, dix-sept mentions en quelques mois ! « C’est vrai, reconnaît-il, la nouvelle main courante nous flique un peu sur les horaires, mais cette machine nous fait aussi gagner un temps précieux pour les enquêtes. A condition qu’elle soit bien renseignée. »

A ce jour, la MCI est employée à 93% par les hommes de la sécurité publique. La préfecture de police de Paris l’a déjà déployée dans dix-sept arrondissements. Et la police aux frontières la teste dans plusieurs sites aéroportuaires comme Roissy ou Orly. Le ministre de l’Intérieur l’affirme : la main courante informatisée est un instrument destiné autant à améliorer la qualité du travail policier qu’à en assurer la transparence. Et le portrait est saisissant.

n L’intégralité des statistiques de la main courante www.lefigaro.fr


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :