lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Terrorisme > International > Les États-Unis affirment avoir tué un chef d’Al-Qaïda

Les États-Unis affirment avoir tué un chef d’Al-Qaïda

AFP

samedi 4 octobre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

L’armée américaine affirme qu’elle a tué l’un des principaux chefs d’Al-Qaïda à Bagdad lors d’une opération des troupes américaines dans un quartier majoritairement sunnite. Il est soupçonné d’être à l’origine de nombreux attentats.

L’armée américaine a affirmé samedi avoir tué l’un des principaux chefs d’Al-Qaïda à Bagdad, accusé de nombreux attentats sanglants, et porté ainsi un "coup sévère" au réseau extrémiste en Irak.

Maher Ahmad al-Zoubaïdi, connu sous le nom d’Abou Assad ou d’Abou Rami, était "l’émir présumé de la zone de Russafa", la moitié est de Bagdad sur la rive gauche du fleuve Tigre, a indiqué l’armée dans un communiqué.

Il participait également à l’organisation d’"opérations terroristes" dans d’autres quartiers de la capitale, selon le commandement américain qui se félicite de ce "coup sévère" porté à Al-Qaïda.

Zoubaïdi a été tué vendredi lors d’une opération des troupes américaines dans le quartier majoritairement sunnite d’Azamiyah (nord). Agissant sur des renseignements, elles "ont cerné un immeuble et appelé ses occupants à se rendre". Après avoir essuyé des tirs d’armes légères, elles ont riposté, tuant le suspect et une femme qui se trouvaient dans le bâtiment, selon le texte.

Zoubaïdi est, selon l’armée américaine, le maître d’oeuvre de nombreux attentats perpétrés dans Bagdad et le responsable de deux attentats suicide commis jeudi près de deux mosquées chiites dans le sud de la capitale (26 morts).

Il est aussi accusé par les Américains d’avoir planifié et organisé entre 2006 et 2007 des attaques au mortier et attentats à la voiture piégée dans le quartier chiite de Sadr City, dont l’un avait fait plus de 200 morts le 23 novembre 2006.

"Partisan des attaques à grande échelle contre les populations civiles", le suspect est également impliqué dans de multiples kidnappings et exécutions filmées, affirme le commandement américain.

Selon les Américains, il était l’homme filmé en train d’exécuter un diplomate russe, enlevé avec trois autres de ses collègues qui ont également été assassinés, dans une vidéo enregistrée en juin 2006, et diffusé sur internet.

Zoubaïdi est aussi lié au leadership d’Al-Qaïda dans la ceinture nord de Bagdad et les provinces de Salahedine et Diyala, deux fiefs du réseau islamiste. Ancien membre du groupe extrémiste Ansar Al-Sunna, il avait rejoint Al-Qaïda en 2004 et était devenu "émir" à Bagdad de la zone de Russafa en 2007, toujours selon les Américains.

Ni sa mort ni les informations délivrées à son sujet par les Américains n’ont été confirmées de source indépendante ou par Al-Qaïda.

Cette annonce intervient alors qu’Al-Qaïda a subi de nombreux revers en Irak depuis 2007. La branche irakienne du réseau a été considérablement affaiblie par une habile stratégie de contre-insurrection de l’armée américaine jouant sur la lassitude des sunnites face aux violences islamistes et leur ralliement à l’armée américaine.

Les violences sont ainsi tombées à leur plus bas niveau depuis quatre ans, en particulier dans Bagdad. Même si un pic de violences a été constaté depuis un mois dans la capitale, frappée par plusieurs attentats suicide meurtriers.

L’afflux de combattants étrangers en Irak semble même s’être tari, au profit du Pakistan et de l’Afghanistan, devenus le nouveau front du jihad global.

Al-Qaïda conserve néanmoins des partisans, des réseaux et "la capacité de perpétrer des attaques de grande envergure contre la population", mettait en garde début septembre le numéro deux des forces américaines en Irak, le général Lloyd Austin.

Hors de Bagdad, les affiliés d’Oussama ben Laden sont toujours très bien implantés dans certaines zones rurales des provinces de Salahedine, Diyala et Ninive, ou à Mossoul (nord), la capitale provinciale de Ninive.

"L’Etat islamique d’Irak" a été proclamé en 2006 par des groupes de rebelles extrémistes sunnites chapeautés par Al-Qaïda. Il est dirigé par un mystérieux Abou Omar al-Baghdadi, mais dont la véritable identité alimente toutes les rumeurs mais l’armée américaine estime que le vrai chef d’Al-Qaïda en Irak est l’Egyptien Abou Ayoub Al-Masri.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :