lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Des écoutes téléphoniques permettent de démanteler un trafic d’armes (...)

Des écoutes téléphoniques permettent de démanteler un trafic d’armes dans le Gard

Isabelle Mandraud, le Monde

lundi 6 octobre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Quatre hommes ont été placés en garde à vue après la découverte d’un impressionnant stock d’armes, vendredi 3 octobre, à Langlade dans le Gard. C’est dans ce petit village à 12 kilomètres de Nîmes que les hommes du GIGN, unité d’élite de la gendarmerie, ont interpellé en flagrant délit quatre suspects qui s’apprêtaient à conclure une transaction.

L’un conduisait un fourgon guidé par un autre à moto. Selon Midi Libre, qui a révélé l’affaire, il s’agirait d’un restaurateur de Montpellier et d’un ancien détective privé, âgé d’une trentaine d’années et habitant Langlade. Ce dernier était connu des services de police pour avoir été déjà arrêté, en 2004, dans une enquête portant sur un trafic d’armes. Les deux autres personnes, supposées être les acheteurs, circulaient à bord d’une fourgonnette immatriculée dans l’Hérault.

A l’intérieur du premier fourgon, les gendarmes du GIGN ont trouvé une dizaine de fusils d’assaut, des pistolets-mitrailleurs, des armes de poing, des balles et cartouches en très grand nombre, de calibre 7,5 mm et 9 mm. En tout, 25 armes de guerre, sans que l’on sache encore précisément à qui elles étaient destinées. Pour le grand banditisme ? Des affrontements de cités ? Ou bien pour des collectionneurs, un milieu où "gravite toute une faune", selon l’expression d’un magistrat ?

GUERRE DES BALKANS

L’enquête a démarré il y a plusieurs mois sur la base d’un renseignement recueilli par la section de recherche de la gendarmerie de Montpellier et une information judiciaire a été ouverte par la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Marseille, chargée des affaires les plus complexes et de la criminalité organisée. Les investigations et les écoutes téléphoniques ont permis de cerner ce qui pourrait constituer un réseau. Une précédente opération avait été envisagée à Montpellier mais avait dû être annulée au dernier moment.

Malgré la circulation d’armes de plus en plus nombreuses, attestée par les affaires de braquage ou de stupéfiants, alimentée en grande partie par l’ancien théâtre de guerre des Balkans, les prises policières restent exceptionnelles. En 2007, à Toulon, la police avait mis la main sur un important arsenal. La même année, les services douaniers à Rouen avaient saisi tout un stock chez un ancien avocat.

Cette fois, les enquêteurs, qui restent discrets sur cette affaire, espèrent pouvoir remonter et démanteler une filière d’approvisionnement en armes. Le parquet de Marseille espère pouvoir procéder à de nouvelles interpellations. Les quatre personnes arrêtées devaient être présentées au juge, lundi 6 octobre, à l’issue de leur garde à vue.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :