mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Banditisme - Quand des identités se volent dans les poubelles

Banditisme - Quand des identités se volent dans les poubelles

Alain Vincenot, France Soir

mercredi 8 octobre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Selon une étude du Credoc, réalisée pour la société Fellowes, les poubelles des particuliers et des entreprises contiennent de véritables pépites pour les fraudeurs et aigrefins en tout genre.

Terrain d’observation de la dernière étude réalisée par le Credoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie), les poubelles réservent de belles surprises à qui sait les sonder. Commandée par la société américaine Fellowes qui fabrique et commercialise dans le monde entier des machines professionnelles et des accessoires technologiques de bureau, l’étude révèle que les Français se montrent vraiment bien naïfs, en tout cas manquent sérieusement de prudence, dans leur vie personnelle comme dans le cadre de leur activité professionnelle. A l’origine de ce constat : leurs poubelles où ils n’hésitent pas à jeter des documents qui devraient être détruits.

Des papiers d’identité

Ainsi, plus de 20 % des poubelles appartenant à des ménages franciliens scrutées par les enquêteurs du Credoc contenaient des papiers pouvant servir à modifier l’identité d’individus peu recommandables. Dans 16,9 % d’entre elles ils ont trouvé de un à deux documents, dans 7,4 % de trois à sept et dans 7,2 % plus de sept.

Rien de plus simple alors pour des fouineurs malintentionnés de réactiver les informations dénichées sur des bouts de papier chiffonnés. Un exemple : avec le nom, la date et le lieu de naissance de quelqu’un, rien de plus simple que d’obtenir des faux papiers. Dans un premier temps, il suffit au fouineur de demander par écrit à la mairie du lieu de naissance de la « victime » un acte de naissance authentique. Deuxième étape : il déclare dans un commissariat de police la perte ou le vol de l’ensemble de ses papiers. Troisième étape : muni de la déclaration de vol, de l’acte de naissance et de quelques factures, il pourra, sans grande difficulté, se faire délivrer une carte d’identité, un passeport ou un permis de conduire, on ne peut plus authentique.

Et si le fouineur a également mis la main sur un carnet de souches de chéquier ou des tickets de cartes bancaires, il pourra se faire remettre une fausse carte bancaire très utile dans les pays où il n’existe pas de puce électronique d’identification. On imagine la suite…

Désinvolture des entreprises

Les entreprises ne se montrent pas moins insouciantes que les particuliers. Dans 67 % des entreprises visitées par les enquêteurs du Crédoc, les poubelles contenaient au moins un document confidentiel, ce qui représente en moyenne 8,5 documents dans chacune d’entre elles. C’est dire le degré de désinvolture face aux risques d’espionnage industriel. Pire : dans 9 % des cas, les découvertes portaient sur plus de vingt-cinq documents.

Si la crainte de l’espionnage industriel s’accompagne souvent d’images liées aux opérations rocambolesques dignes de thrillers palpitants, celle-ci a tendance à oublier les banales corbeilles à papiers qui terminent dans des conteneurs. La preuve…


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :