mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > Les pays émergents commencent à s’imposer dans la R&D

Les pays émergents commencent à s’imposer dans la R&D

LExpansion.com

mardi 11 octobre 2005, sélectionné par Spyworld

Selon un rapport de l’OCDE, les pays en voie de développement représentent désormais 20% des dépenses mondiales de recherche et développement. Une poussée liée à la Chine mais aussi à l’externalisation des fonctions de recherche des multinationales.

La recherche et développement n’est plus l’apanage des pays industrialisés. Le rôle moteur des pays en voie de développement dans l’innovation est même en train de prendre rapidement de l’importance, selon un rapport de l’OCDE publié mardi. En 2003, la part des pays n’appartenant pas à l’OCDE représentait ainsi 20% des dépenses mondiales en R&D contre 17% deux ans auparavant. Doucement mais sûrement, ils sont en train de monter en puissance dans ce domaine par la conjonction de deux phénomènes.

D’une part, les pays émergents investissent de plus en plus, notamment en Chine qui représente à elle seule la moitié de l’effort des PVD. Elle se classe désormais au quatrième rang mondial derrière les Etats Unis, le Japon et l’Union européenne en terme de montants investis dans la R&D. Soit 85 milliards de dollars en 2003, avec un rythme de croissance soutenu. Une des explications, selon l’OCDE, est que la Chine a choisi d’augmenter rapidement les salaires de ses chercheurs pour encourager ses « cerveaux » à rester dans le pays. D’ailleurs aujourd’hui, la Chine compte plus de chercheurs que le Japon - 863.000 contre 675.000 - et se place juste derrière les Etats-Unis (1,3 million). A un degré moindre on note que l’Inde a investi 20,7 milliards de dollars, en majorité des investissements publics, et la Russie 17 milliards.

Autre dimension de ce phénomène, les multinationales sont de plus en plus nombreuses à installer des laboratoires de recherche à l’étranger. Seule exception, le Japon : les entreprises nippones préfèrent garder leurs centres de R&D sur leur territoire et dans leurs entreprises. Moins de 3% des brevets nippons sont le fruit de collaboration avec des chercheurs étrangers. En comparaison, la proportion est de 12% aux Etats-Unis et de plus de 21% au Royaume Uni.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :