samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > USA et Géorgie discuteront en octobre

USA et Géorgie discuteront en octobre

AFP

samedi 11 octobre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Les Etats-Unis et la Géorgie se réuniront courant octobre pour discuter de leur coopération militaire et des besoins de Tbilissi pour reconstruire son armée, a annoncé aujourd’hui le ministre géorgien de la Défense Davit Kezerashvili, après avoir rencontré son homologue américain.

M. Kezerashvili et le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, ont convenu de tenir des "consultations bilatérales de défense à Washington au cours de la deuxième moitié d’octobre", a indiqué le ministre géorgien lors d’un point presse commun, en marge d’une réunion informelle de l’Otan à Budapest.

Durant la réunion de jeudi, "j’ai souligné les besoins que nous avons pour remettre sur pied l’armée géorgienne" mais les discussions n’ont pas porté sur une aide spécifique des Etats-Unis, qui est déjà le "premier fournisseur d’aide" militaire à la Géorgie, a-t-il affirmé.

La Russie, dont les troupes ont achevé mercredi leur retrait de Géorgie, excepté les régions séparatistes, deux mois après une guerre qui a exacerbé les tensions entre Moscou et l’Occident, réclame de son côté l’adoption d’un embargo sur les ventes d’armes à destination de la Géorgie.

"Il faut imposer un embargo international sur les armements de nature offensive à destination de la Géorgie", a lancé mercredi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Robert Gates, de son côté, a réaffirmé jeudi son soutien à la Géorgie et pressé ses alliés de l’Otan d’appuyer sa candidature à l’entrée dans l’Alliance atlantique. "Nous soutenons sans réserve la souveraineté de la Géorgie, son indépendance et son intégrité territoriale", a-t-il déclaré.

"J’ai réaffirmé la promesse américaine et de l’Otan de soutenir les aspirations géorgiennes vis-à-vis de l’Otan", et "je demande à nos alliés de soutenir en décembre (l’octroi du) MAP à la Géorgie", qui équivaudrait à lui accorder le statut de candidat officiel à l’adhésion, a-t-il indiqué.

En avril, malgré l’appui américain, les dirigeants de l’Otan avaient refusé d’accorder ce statut à l’Ukraine et à la Géorgie, mais promis d’intégrer à plus long terme ces deux ex-républiques soviétiques. L’Allemagne et la France notamment avaient exprimé leurs réticences.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :