vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Quand la NSA espionne les particuliers

Quand la NSA espionne les particuliers

CommunauTech.com

samedi 11 octobre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Noyée dans le brouhaha de la crise des subprimes, la presse américaine a presque failli ne pas rendre compte du lancement de la phase 1 du programme NAO (National Applications Office). Tout au plus peut-on lire un article très synthétique dans les colonnes du Wall Street Journal.

Qu’est-ce que NAO ? Un programme d’espionnage piloté par le Department of Homeland Security (DHS). Il offre aux infrastructures de sécurité locales (police métropolitaine et d’Etat) un accès libre à un réseau satellite de surveillance. Le but étant de faciliter le travail des valeureux pandores américains dans leur constante lutte antiterroriste. L’état fait donc cadeau à la police d’un appareil photo légèrement luxueux : les premières tranches de ce programme spatial, adopté par le Congrès US, frise les 634 milliards de dollars (soit, peu ou prou, le montant de la dépréciation d’actif des banques du monde entier à l’heure actuelle).

En quoi NAO est-il inquiétant ? Parce que ce n’est pas une nouvelle version de Google Earth. Le programme offre à des policiers un outil militaire, d’une résolution proche du mètre, capable non seulement de photographier un passant sur la Place Rouge en train de lire la Pravda, mais également de situer une signature infrarouge à l’intérieur d’un bâtiment.

Or, si l’on peut espérer un minimum de sensibilité sécuritaire de la part d’un militaire, on peut également craindre le pire de la part du personnel civil des services de police métropolitains américains. Il est utile de rappeler que les satellites d’espionnage sont généralement des LEO (Low Earth Orbit), qui, pour compenser la force d’attraction terrestre, sont contraints de tourner plus vite que ne le fait la terre elle-même. En d’autres termes, le programme NAO n’est pas géosynchrone et survole donc immanquablement tous les pays d’Europe. Et espionnent donc immanquablement tous les ressortissants des pays d’Europe. On imagine aisément la porte ouverte à tous les abus possibles en termes d’intrusion dans la vie privée, d’espionnage industriel et autres dérives probables.

Le GAO, Government Accountability Office, dans un rapport d’une soixantaine de pages, s’inquiète notamment de l’absence manifeste de garde-fous interdisant l’usage des données récoltées par « d’autres agences ». Et par « autres agences », le GAO dénonce clairement la NSA, le FBI et les quelques 16 autres services à 3 ou 4 lettres qui, eux, possèdent les outils de data-mining qui pourraient transformer les données satellites en véritable usine à inquisition. C’est notamment l’un des arguments que reprend un article incendiaire publié dans les colonnes d’Intelligence Daily, journal pourtant assez peu enclin à invoquer les dérives bigbrotheristes du monde de l’espionnage.

Les explications détaillées que Tom Burghardt donne de l’organisation de NAO peuvent effectivement inquiéter. On y retrouve, explique-t-il, la même équipe qui se trouvait aux commandes du TIA, le Total Information Awareness, dirigée par « Booz Allen Hamilton et ses seconds couteaux de la Science Applications International Corporation (SAIC) de San Diego ». La SAIC est une de ces nombreuses sociétés militaires privées, qui agissent généralement comme sous-traitant du DoD tant aux USA que sur les théâtres d’opération étrangers.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :