mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > La Corée du Nord va reprendre son processus de dénucléarisation

La Corée du Nord va reprendre son processus de dénucléarisation

Le Monde, avec AFP et Reuters

dimanche 12 octobre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

La Corée du Nord a salué, dimanche 12 octobre, la décision américaine de la retirer de la liste des Etats soutenant le terrorisme et affirmé qu’elle allait reprendre le processus de sa dénucléarisation, a déclaré un porte-parole du ministère nord-coréen des affaires étrangères, cité par l’agence de presse du régime KCNA. "Nous avons pris la décision de reprendre la désactivation des installations nucléaires à Yongbyon et d’autoriser les Etats-Unis et les inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à reprendre leurs travaux", a ajouté le porte-parole.

Les Etats-Unis sont convaincus d’avoir remporté une victoire en obtenant de la Corée du Nord de pouvoir contrôler "toutes ses installations nucléaires", en échange de ce retrait de Pyongyand de la liste des Etats soutenant le terrorisme. Sung Kim, responsable de la section Corée au Département d’Etat américain, a rappelé samedi que la Corée du Nord s’était "engagé à reprendre le processus de démantèlement" de ses activités nucléaires dès son retrait de la liste noire et s’attendait à une réaction rapide du régime de Kim Jong-il.

Le plan de contrôle des installations nord-coréennes prévoit des visites d’experts dans tous les sites nucléaires - officiels et non déclarés -, le prélèvement d’échantillons, la lecture de documents et des entretiens avec le personnel chargé du programme nucléaire. Ces mesures, qui seront intégrées à un protocole de vérification à valider "dans un proche avenir" par les Six pays impliqués dans les négociations (les deux Corées, Etats-Unis, Japon, Russie, Chine) s’appliqueront à la production de plutonium tout autant qu’aux programmes d’enrichissement d’uranium et de prolifération.

Joseph Cirincione, président du Ploughshares Fund, une fondation spécialisée dans la sécurité internationale et spécialiste des questions de non prolifération, a dit être surpris de la quantité de concessions obtenues par Christopher Hill lors de son voyage à Pyongyang du 1 au 3 octobre. "Je pense qu’ils ont presque tout obtenu. C’est vraiment un bon accord", a commenté M. Cirincione.

Les autorités nord-coréennes avaient interdit le 9 octobre aux inspecteurs de l’AIEA de pénétrer dans les installations du complexe nucléaire de Yongbyon. Cette décision intervenait deux ans jour pour jour après le premier essai nucléaire nord-coréen, qui avait suscité une grande inquiétude dans les chancelleries et provoqué une crise diplomatique débouchant sur l’accord de désarmement de février 2007.

En juin 2008, la télévision chinoise avait diffusé des images de la démolition de la tour de refroidissement du complexe nucléaire de Tongbyon, en Corée du nord.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :