mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Le Japon regrette la décision américaine sur la Corée du Nord

Le Japon regrette la décision américaine sur la Corée du Nord

Reuters

dimanche 12 octobre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Un ministre japonais a qualifié d’"extrêmement regrettable" la décision des États-Unis de retirer la Corée du Nord de leur liste des États terroristes, la question des ressortissants japonais enlevés par Pyongyang n’étant pas réglée.

Le ministre japonais des Finances a qualifié d’"extrêmement regrettable", samedi, la décision des Etats-Unis de retirer la Corée du Nord de leur liste des Etats liés au terrorisme, rapporte l’agence Kyodo.

Cette mesure avait jusqu’ici été bloquée par les objections de Tokyo, qui réclamait le règlement de la question des enlèvements de ressortissants japonais par la Corée du Nord, très sensible dans l’archipel.

"J’estime que les enlèvements sont comparables à des actes terroristes. J’ai parlé il y a peu au téléphone avec les Yokota qui étaient très choqués", a déclaré le ministre, Shoichi Nakagawa, par allusion aux parents du plus connu des Japonais capturés, Megumi Yokota. Nakagawa a dirigé un groupement d’avocats spécialisé sur cette question.

Le ministre des Affaires étrangères, Hirofumi Nakasone, a indiqué pour sa part que Tokyo travaillerait étroitement au règlement de cette question des enlèvements avec Washington.

L’administration Bush a justifié sa décision en expliquant que la Corée du Nord avait accepté un ensemble de mesures de vérification de ses activités nucléaires (pour plus d’informations, cliquer sur [ID:nLB627470])

Selon un porte-parole de la Maison blanche, le président américain George Bush s’est entretenu samedi avec le Premier ministre japonais Taro Aso et a réaffirmé que les Etats-Unis soutenaient Tokyo dans ses démarches à propos de la capture de ces Japonais dans les années 1970 et 1980 par des agents nord-coréens.

Ces otages avaient été conduits de force en Corée du Nord pour y aider les autorités communistes à former des espions à la langue et à la culture nippone.

La Corée du Nord a reconnu en 2002 que ses services secrets avaient enlevé à cette époque 13 ressortissants japonais. Cinq de ceux-ci ont pu regagner leur pays l’an dernier et Pyongyang affirme que les huit autres sont morts.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :