jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > GB : un caporal accusé d’espionnage a envoyé des e-mails à un colonel (...)

GB : un caporal accusé d’espionnage a envoyé des e-mails à un colonel iranien

AFp

lundi 13 octobre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Un caporal britannique, interprète auprès du commandant des troupes de l’Otan en Afghanistan en 2006, était en contact par e-mails avec un colonel travaillant à l’ambassade d’Iran à Kaboul, a affirmé lundi l’accusation au premier jour de son procès à Londres.

Daniel James, 45 ans, "occupait une position unique lui permettant d’écouter des conversations et récolter une grande quantité d’informations opérationnelles ou stratégiques s’il choisissait de le faire", a déclaré l’avocat de l’accusation Mark Dennis devant le tribunal pénal du Old Bailey à Londres.

Le procès devrait durer au moins trois à quatre semaines, dont une partie à huis clos car des documents classés "confidentiel Otan" vont être examinés. M. James a plaidé non coupable de tous les chefs d’accusation.

Interprète auprès du général David Richards, alors commandant en chef de la Force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf) en Afghanistan, il avait une "position de haute confiance et sensible", a souligné l’avocat de l’accusation.

Selon lui, M. James a échangé entre septembre et décembre 2006 des e-mails codés avec le colonel Mohammad Hossein Heydari, un assistant militaire de l’ambassade d’Iran à Kaboul, assurant notamment l’Iranien qu’il était "à son service".

"L’accusé était au service de l’armée de terre britannique et de son pays, le Royaume-Uni", et "n’aurait pas dû être au service ni du colonel Heydari, ni de l’Etat d’Iran", a relevé M. Dennis, soulignant que les messages étaient signés "Esmail, l’interprète".

Daniel James, né à Téhéran sous le nom d’Esmail Mohammed Beigi Gamasai, est arrivé au Royaume-Uni lorsqu’il était jeune adolescent et est devenu citoyen britannique en 1986, puis a changé son nom en 1997. Il a travaillé comme croupier, professeur de danse et agent de sécurité d’une discothèque avant de devenir réserviste en 1987.

Arrivé en Afghanistan en mars 2006 pour un an, il avait été employé à partir de mai 2006 comme interprète du général Richards grâce à sa connaissance du farsi, sa langue maternelle, et de sa variante afghane, le dari, l’une des deux langues officielles d’Afghanistan.

Le contenu des messages envoyés par Daniel James au colonel Heydari "était relativement limité et de nature assez imprécise et générale", a indiqué Mark Dennis.

"L’inquiétude ne porte pas tellement sur les dégâts causés par la divulgation d’informations, qui a été répertoriée, mais par les dégâts qui auraient pu être occasionnés si ses activités n’avaient pas été interrompues parce qu’il a été rapidement identifié et arrêté", a-t-il expliqué.

Au moment de son arrestation en décembre 2006 sur la base militaire de Brize Norton au Royaume-Uni alors qu’il s’apprêtait à s’envoler vers Kaboul, Daniel James était en possession d’une clé USB contenant deux dossiers estampillés "confidentiel Otan", contenant un relevé quotidien de la situation (déplacement des troupes, stocks de munition et de carburant, activités des insurgés).

Cette découverte avait suscité une "inquiétude considérable" au sein de l’Isaf, a relevé M. Dennis.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :