mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Défense > France > Dassault confirme un intérêt pour la part d’Alcatel dans (...)

Dassault confirme un intérêt pour la part d’Alcatel dans Thales

Reuters

mardi 14 octobre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Dassault Aviation annonce son intention d’examiner la participation de 20,8% qu’Alcatel-Lucent détient dans l’électronicien de défense Thales si celle-ci est mise en vente.

L’avionneur a ajouté que dans l’hypothèse d’un accord avec Alcatel-Lucent, il pourrait également envisager d’acheter une participation de 5% détenue séparément dans Thales par la holding industrielle de la famille Dassault.

Compte tenu des valorisations affichées lundi, la sortie d’Alcatel est évaluée à quelque 1,37 milliard d’euros.

Dassault Aviation, déjà propriétaire de 5% des actions Thales, avait pourtant indiqué à plusieurs reprises par le passé qu’il n’entendait pas augmenter sa position et qu’il avait même vocation à quitter le capital de l’entreprise le moment venu.

Le communiqué de Dassault Aviation est publié au terme d’une journée marquée par un bond très net de l’action Alcatel-Lucent. L’équipementier télécom franco-américain a clôturé en forte hausse de 13,64% à 1,94 euro à la Bourse de Paris en réaction à un article évoquant sa sortie du capital du spécialiste de l’électronique Thales, avec, en toile de fond, la crise financière et une consolidation du secteur de la défense attendue de longue date.

La Tribune a rapporté qu’Alcatel-Lucent était en passe de céder la participation qu’il détient dans Thales à Dassault Aviation. Le quotidien ajoute qu’un accord pourrait être annoncé dès cette semaine et qu’Alcatel n’a reçu qu’une seule offre pour cette participation.

Thales a gagné quant à lui lundi 5,91% à 32,99 et Dassault 6,25% à 425. Tous trois ont également été portés par le rebond généralisé des Bourses européennes alors que plusieurs pays de la zone euro ont détaillé les mesures d’un plan coordonné destiné à soutenir le secteur bancaire.

La direction d’Alcatel a refusé de commenter le dossier. Thales, quant à lui, a refusé dans l’immédiat de faire un commentaire.

L’avenir du tour de table de l’électronicien est considéré comme ouvert depuis 2004, date à laquelle le groupe a rejeté les avances du géant EADS, la maison mère d’Airbus.

Le PDG de Thales, Denis Ranque, est parvenu à protéger son groupe des prédateurs mais il a dû faire face aux velléités parfois changeantes de ses actionnaires.

En 2005, la famille Dassault a quitté le pacte d’actionnaires définissant le contrôle du groupe aux côtés de l’Etat français et d’Alcatel et mis sa participation en vente.

Pourtant, fort d’une trésorerie de 4,7 milliards d’euros à la fin du premier semestre, Dassault Aviation est régulièrement cité comme le repreneur potentiel de la part d’Alcatel-Lucent dont la stratégie a peiné à convaincre les investisseurs.

Le groupe s’était renforcé au capital de Thales l’an dernier en échange de l’apport de ses activités spatiales mais l’arrivée récente de Philippe Camus, ancien co-président d’EADS, à la présidence d’Alcatel a relancé les spéculations sur une vente du ticket. Toute opération dans ce sens nécessiterait néanmoins le feu vert de l’Etat français, lequel détient une action préférentielle.

L’action Thales a surperformé l’indice CAC 40 de 36% depuis le début de l’année mais se négocie avec une décote de 25% par rapport à la même période de l’an dernier.

Thales et Dassault collaborent sur plusieurs programmes phares. Le premier fournit au second le radar de l’avion Rafale et les deux groupes travaillent sur un projet de drone européen avec l’espagnol Indra et l’israélien IAI.

Thales est par ailleurs le fournisseur d’EADS sur certains programmes civils mais les deux entreprises sont concurrentes dans la défense et la sécurité.

En début d’année, Louis Gallois, président exécutif d’EADS, indiquait qu’un rapprochement avec Thales n’était pas à l’ordre du jour.

Version française Matthias Blamont, édité par Jacques Poznanski


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :