mardi 12 décembre 2017

Accueil du site > Intelligence économique > Intelligence économique : Alliot-Marie appelle à la "sensibilisation"

Intelligence économique : Alliot-Marie appelle à la "sensibilisation"

AFP

mercredi 15 octobre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

La ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a appelé mardi matin à la "sensibilisation" de tous les responsables publics et privés en matière d’intelligence économique, soulignant la nécessité d’une grande activité en ce domaine.

"Nous devons être extrêmement actifs en ce domaine", a déclaré la ministre, qui s’exprimait devant les 106 auditeurs de la 20e promotion de l’Institut des hautes études de sécurité (INHES) à l’ouverture de leur session.

"Nous n’avons pas, en France, une sensibilisation suffisante de tous ceux qui détiennent une partie de notre sécurité ou de notre défense nationales", a-t-elle regretté.

A titre d’exemple, elle a cité le cas d’un "chef d’une grande entreprise technologique" française qui s’est fait voler son ordinateur portable contenant des données sensibles, parce qu’il l’avait laissé en bagage enregistré au lieu de le garder avec lui lors d’un déplacement en avion.

Cela est "irresponsable", a jugé la ministre de l’Intérieur, en insistant sur la nécessité de "protéger nos richesses économiques, nos laboratoires, nos chercheurs et nos emplois".

Au contraire, "il faut une véritable sensibilisation des chefs d’entreprises, de leurs cadres" et toujours "penser à l’intérêt national".

Ainsi, elle a regretté que certaines d’entre elles, après un temps d’activité propre, soient revendues à de plus grandes alors que, même si celles-ci sont françaises, ou européennes, "quand on regarde de près qui sont leurs actionnaires, on se rend compte qu’il peut y avoir derrière" autre chose.

"Il ne s’agit pas de protectionnisme", s’est défendue la ministre, mais elle a estimé que "l’ultra-libéralisme peut aussi aller à l’encontre de nos intérêts nationaux".

En août dernier, elle a adressé une circulaire aux préfets sur "leur rôle pour le suivi territorial", a rappelé le ministère de l’Intérieur.

Elle y insistait notamment sur la sécurité des "pôles de compétitivité, particulièrement sensibles aux menaces en ce domaine, les centres de recherches, les universités", a-t-on ajouté de même source.

Les préfets de région devront lui faire parvenir "avant la fin octobre des propositions de programmes d’orientation sur trois ans".

A l’Intérieur, c’est la Direction de la protection de la Défense nationale, placée auprès de la secrétaire générale Bernadette Malgorne, qui est chargée du pilotage territorial de l’intelligence économique et de coordonner l’action des préfets.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :