jeudi 19 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Le FBI affirme que 24 pays menacent le réseau américain

Le FBI affirme que 24 pays menacent le réseau américain

Bruno Cormier, PCINpact.com

vendredi 17 octobre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

À l’occasion de la fermeture d’un réseau international de recel de données informatiques, le FBI a fait état de la menace sérieuse que « deux douzaines » de pays feraient peser sur la sécurité des réseaux américains.

Hier tout juste, le FBI annonçait la mise à mort d’un forum de recel informatique dénommé « Dark Market ». Le site était fréquenté par 2500 membres, tous impliqués dans le vol et la revente de données numériques, numéros de carte bancaire, données financières, mots de passe, et matériel informatique utilisé pour subtiliser ces données sur les réseaux.

Cette fermeture de site s’est accompagnée de 56 arrestations dans le monde, permettant d’éviter une perte financière estimée à 70 millions de dollars, selon le FBI. Mais c’est surtout Shawn Henry, directeur adjoint de la division cybercrime du FBI, qui a fait sensation devant la presse.

Selon lui, 24 pays auraient de très bonnes raisons de nuire à la sécurité des réseaux américains, en pénétrant dans les forteresses informatiques d’entreprises américaines et autres agences gouvernementales. Henry n’a pas souhaité nommer les pays en question, mais on sait déjà que le FBI soupçonne clairement la Russie et la Chine d’entretenir les moyens d’espionner électroniquement les États-Unis et de perturber ses réseaux informatiques.

L’outil redouté de ces attaques informatiques est le botnet, un réseau d’ordinateurs « zombies » infectés par un logiciel malveillant à l’insu de leur utilisateur. Des pirates informatiques contrôlent ces réseaux constitués de milliers de machines lambda connectées au Net, pour diriger des attaques distribuées par déni de service, visant à surcharger un réseau afin de le rendre inutilisable.

Ces ordinateurs zombies sont visés au hasard par plusieurs méthodes (notamment le phishing), et infectés dès que l’utilisateur manque de vigilance. Ils peuvent alors être partout, aussi bien dans les foyers que dans les entreprises ou les administrations. C’est ce second cas de figure qui est surtout redouté, car ils sont une véritable porte ouverte pour les pirates, menant directement au vol de données commerciales ou gouvernementales secrètes.

Le FBI affirme par exemple que plusieurs ordinateurs de Wall Street ont été menacés. Les plaintes augmentent à raison de 20 000 par mois, la division cybercrime du FBI précise en avoir déjà reçu un million depuis sa création en 2000.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :