mercredi 18 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Un centre d’analyse d’images sur un ordinateur portable

Un centre d’analyse d’images sur un ordinateur portable

Jacques Henno, les Echos

lundi 20 octobre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

EADS a développé pour les services de renseignements un logiciel d’aide à l’analyse d’images.

Lors d’un Salon professionnel en Asie, après avoir montré notre solution, j’ai été encadré par deux hommes venus me poser des questions très techniques. Le lendemain, j’avais rendez-vous avec les services secrets locaux. » Ainsi va la vie de Jean-Michel Benharrosh, responsable du département renseignements d’origine géospatiale chez EADS Defence & Security : ses clients potentiels sont les services secrets du monde entier. Le produit qu’il vend, Imint Solution (pour « image intelligence », renseignements d’origine « image »), s’adresse exclusivement aux centres d’analyse des images qui opèrent pour le renseignement.

Dans ce petit cercle très fermé, Imint Solution commence à bénéficier d’une excellente réputation. Son premier atout est commercial et financier : n’étant pas classé « matériel de guerre », ce programme ne requiert pas de licence d’exportation. Il peut donc être livré en quelques semaines à un nouveau client.

Le deuxième avantage d’Imint Solution est sa compacité. Le logiciel tient sur un ordinateur portable, mais comprend 3 applications différentes. La première, Ocapi Analyst, traite les images satellite ou aériennes, afin de les rendre interprétables par un analyste (il existe un produit français plus performant dans ce domaine, EVI, mais il est réservé aux utilisateurs du satellite espion Hélios). La deuxième, Imint Knowledge Database, est plutôt destinée aux officiers de renseignement afin de les aider à identifier les éléments qu’ils voient sur la photo. Le logiciel les guide en effet dans leur interprétation. L’aéroport possède-t-il un terminal passagers ? Est-il entouré d’une simple ou d’une double rangée de barbelés ? Un module les aide même à reconnaître les avions, navires et autres engins terrestres. EADS a d’ailleurs signé un partenariat exclusif passé avec Jane’s, le spécialiste des annuaires militaires, pour que les utilisateurs aient accès aux bases de données de cet éditeur anglais.

Enfin, dernière particularité d’Imint Solution : sa technologie. Malgré la lourdeur des fichiers qu’il manipule, le programme a été bâti autour de trois langages particulièrement souples, notamment Java - les logiciels écrits en Java étant aisément adaptables sur différents systèmes d’exploitation. Les spécialistes d’EADS peuvent ainsi facilement ajouter de nouvelles fonctionnalités à Imint Solution. Plusieurs clients à l’étranger

« Nous avons récemment introduit la 3D pour permettre aux analystes de reconnaître un navire, par exemple, à partir de son ombre, voire de sa silhouette telle qu’elle apparaît sur un radar SAR », détaille Jean-Michel Benharrosh. Sur certains clichés, l’ombre fournit en effet plus d’indications. L’analyste peut alors simuler l’ombre des navires qu’il pense avoir identifiés et vérifier si elle correspond à la photo satellite qu’il examine.

Développé au départ pour la DGA (Direction générale pour l’armement) française, Imint Solution compte déjà plusieurs clients à l’étranger : l’Arabie saoudite, le Botswana, le Japon, la Malaisie, mais aussi l’Agence internationale de l’énergie atomique... Autant d’opportunités pour EADS de décrocher ensuite des contrats supplémentaires, par exemple dans la formation : 10 officiers de l’armée de l’air saoudienne sont restés presque tout cet été à Elancourt, en banlieue parisienne, où EADS Defence & Security a son siège. La société propose également des travaux extrêmement sophistiqués sur des photos achetées en toute discrétion, puisque le nom du client final n’est pas communiqué au fournisseur d’images. Il y a quelques mois, l’équipe de Jean-Michel Benharrosh a ainsi réalisé des vues en 3D des installations nucléaires que la Corée du Nord possède à Yongbyon. L’AIEA en avait besoin pour préparer la mission de ses inspecteurs. Facture : 25.000 euros.

Imint Solution sert à la reconnaissance d’images satellite ou aériennes. Le logiciel utilise désormais la 3D pour permettre aux analystes d’identifier un navire, par exemple, à partir de son ombre ou de sa silhouette.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :