samedi 16 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > Sarkozy regroupe défense et sécurité intérieure

Sarkozy regroupe défense et sécurité intérieure

Charles Jaiguet, Anne Rovan, le Figaro

vendredi 31 octobre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le chef de l’État suit une des innovations préconisées par le livre blanc sur la défense.

C’était la grande innovation voulue par Nicolas Sarkozy pendant sa campagne. Un concept d’organisation « à l’américaine », où les dossiers de sécurité sont gérés en direct par la présidence. Un modèle importé de la Maison-Blanche, où le NSC (National Security Council) veille, aux avant-postes, sur tous les sujets de sécurité et de défense, aussi bien intérieurs qu’extérieurs. Annoncé au début de l’année, le Conseil de défense et de sécurité nationale (CDSN) a finalement été créé mercredi, en Conseil des ministres.

Depuis le début, l’idée a rencontré l’opposition aussi bien du ministère de la Défense que du Quai d’Orsay. Elle faisait partie des propositions du livre blanc sur la défense qui avait provoqué, avant l’été, une réaction de rejet d’une partie de l’état-major militaire. Nicolas Sarkozy ne voulait pas faire reposer les choix sur un « cénacle étroit de militaires, aussi compétents soient-ils », explique aujourd’hui un membre de son entourage, qui insiste sur les nouvelles menaces terroristes, qui nécessitent une approche à 360 degrés. Le CDSN aura donc pour mission de mieux coordonner les moyens civils et militaires afin de répondre aux enjeux de sécurité nationale.

Pilotage plus efficace

L’Élysée voit dans la création de cet organisme l’une des « grandes innovations » du livre blanc, qui met fin, de facto, au Conseil de défense créé au début de la Ve République. Il s’agit, selon l’Élysée, d’une nouvelle approche et d’une nouvelle structure de pilotage, « plus efficace ». Sa composition devrait être arrêtée dans les prochaines semaines. Il sera présidé par Nicolas Sarkozy, et en son absence, par le premier ministre. Siégeront aussi les ministres de la Défense, de l’Intérieur, du Budget et de l’Économie.

Mais, afin de tenir compte des institutions françaises et de la coordination interministérielle, le secrétariat de ce nouveau conseil sera assuré par le SGDN (Secrétariat général de la défense nationale). Rebaptisé SGDSN (Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale), il est rattaché à Matignon. Enfin, un conseil consultatif, composé d’experts, sera chargé de proposer des réflexions de long terme et aura auprès du CDSN un rôle délibératif.

Tout en concrétisant une promesse de campagne de Nicolas Sarkozy, le nouveau Conseil de sécurité n’aura sans doute pas toute l’ampleur que les discours de l’époque pouvaient suggérer. « Jean-David Levitte, le conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, n’était pas favorable à la création d’une usine à gaz de sécurité au niveau de l’Élysée, écrasant tant les décideurs du Quai d’Orsay que ceux de la Défense », commente une source proche du dossier.

La loi de programmation militaire crée aussi le Conseil national de renseignement (CNR), également présidé par le chef de l’État. Cet organisme fonctionne déjà avec comme coordonnateur Bernard Bajolet, ancien ambassadeur à Alger, Bagdad, Damas ou encore Sarajevo.

 » INTERVIEW - Morin : « On ne touchera pas aux crédits de la défense »


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :