lundi 11 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > Hélicoptères Cormorant : Se faire couper les ailes

Hélicoptères Cormorant : Se faire couper les ailes

Radio-Canada.ca, avec Presse canadienne

jeudi 6 novembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Un rapport de l’agence Recherche et développement pour la défense Canada, cité par la Presse canadienne, révèle que les hélicoptères Cormorant de la Défense nationale sont immobilisés plus de la moitié du temps.

Les 14 appareils de type CH-149 sont cloués au sol à cause des inspections et des réparations exigées par de nombreux ennuis mécaniques.

C’est pourquoi l’agence suggère que le Canada achète des hélicoptères supplémentaires pour répondre aux besoins du pays en recherche et sauvetage. Sinon, il faudra réduire le nombre d’inspections pratiquées sur la flotte existante.

Loin des objectifs

En fait, pour répondre aux objectifs initiaux du gouvernement fédéral, la taille de cette flotte devrait doubler, le but étant d’avoir des hélicoptères pouvant fonctionner dans quatre bases au pays.

Or, l’agence a constaté que les appareils pouvaient fonctionner entre 37 % et 50 % du temps. Ainsi, il faudrait au moins 28 hélicoptères pour répondre aux exigences.

Des problèmes

Les Cormorant ont été achetés en 2002 pour remplacer des Labrador qui avaient presque 40 ans. Hélas, les nouveaux hélicoptères ont connu des problèmes continuels et des pénuries de pièces. En conséquence, les périodes de vol ont considérablement été réduites.

L’hiver dernier, le ministère de la Défense a catégoriquement exclu tout achat d’autres Cormorant. Interrogé par la Presse canadienne, un porte-parole ministériel a refusé de dire si les conclusions du rapport feraient changer cette décision. Il a mentionné que les responsables de la flotte et des ingénieurs l’étudient pour évaluer l’impact d’une réduction du temps d’inspection.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :