samedi 16 décembre 2017

Accueil du site > Défense > France > L’Assemblée adopte le budget 2009 de la Défense dans un climat (...)

L’Assemblée adopte le budget 2009 de la Défense dans un climat consensuel

AFP

vendredi 7 novembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

L’Assemblée nationale a adopté vendredi le budget 2009 de la Défense, première traduction financière de la réforme des armées, l’UMP saluant un "effort sans équivalent dans les autres administrations" tandis que le PS louait "un budget de retour au monde réel".

Ce budget, adopté avec les voix de la majorité, le PS s’abstenant et le PCF votant contre, figure parmi les priorités affichées du gouvernement, avec 5,4% de crédits supplémentaires à 32 milliards d’euros (hors pensions).

Il connaît la deuxième plus forte progression derrière celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (+6,5%).

L’UMP Jean-Michel Fourgous, rapporteur de la commission des Finances de l’Assemblée, a "salué" un budget qui "met en oeuvre un vrai plan de modernisation".

Ce plan, a rappelé le député des Yvelines, se traduira par la "fermeture de 82 unités, le transfert de 33 autres et la suppression totale de 54.000 emplois militaires et civils d’ici à 2014", un "effort sans équivalent dans les autres administrations".

De son côté, le socialiste Jean-Michel Boucheron, ancien président de la commission de la Défense de l’Assemblée et vice-président de sa Délégation au Renseignement, a loué "un budget de retour au monde réel".

"Nous commençons a construire l’armée réelle après avoir couru trop longtemps après l’armée rêvée", a-t-il développé.

Seule voix discordante, celle du PCF Jean-Jacques Candelier, qui a fustigé la poursuite d’une "saignée des personnels avec 8.250 postes en moins l’année prochaine". A la tribune, le ministre Hervé Morin a relevé que le budget 2009 de la Défense s’inscrivait "dans un contexte difficile en raison de la crise financière internationale", assurant toutefois qu’il était "sincère".

"L’investissement de Défense est une composante déterminante de l’investissement public, dont le dynamisme doit permettre d’atténuer les effets de la crise", a-t-il fait valoir.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :