lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > France > Prolongation de l’expérimentation en orbite du démonstrateur (...)

Prolongation de l’expérimentation en orbite du démonstrateur ESSAIM

EADS Astrium

samedi 8 novembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Initialement publié le 5 Septembre 2008

La Délégation Générale pour l’Armement (DGA) vient de notifier aux sociétés Astrium et Thales, associées en co-traitance, un contrat de soutien d’un montant de 1,5 M€ permettant d’étendre l’exploitation du démonstrateur ESSAIM pour une durée de 18 mois. ...

- La DGA a notifié à Astrium et Thales une extension de 18 mois du contrat de soutien à l’expérimentation du démonstrateur ESSAIM
- ESSAIM : une expérimentation technique et opérationnelle

Paris, le 5 septembre - La Délégation Générale pour l’Armement (DGA) vient de notifier aux sociétés Astrium et Thales, associées en co-traitance, un contrat de soutien d’un montant de 1,5 M€ permettant d’étendre l’exploitation du démonstrateur ESSAIM pour une durée de 18 mois.

Mis sur orbite en décembre 2004, ESSAIM a pour objectif de valider la capacité à caractériser et à cartographier les émetteurs de communication militaires à partir de l’espace. Cette expérimentation est définie et mise en œuvre par la DGA. Les Forces Armées participent aussi à l’expérimentation et utilisent les données du démonstrateur.

Après 44 mois de vie en orbite et à l’issue des trois ans d’exploitation prévus initialement, les 4 microsatellites du segment spatial continuent à fonctionner nominalement.

Les performances atteintes ont permis de confirmer l’intérêt opérationnel d’une solution spatiale dans le domaine du renseignement d’origine électromagnétique (ROEM).

Enfin, le retour d’expérience du système ESSAIM alimente directement la conception de ELISA, le prochain démonstrateur spatial de ROEM au sein du même consortium industriel, avec un lancement programmé en 2010. Ces deux projets d’étude amont de la DGA préfigurent le système satellitaire CERES (capacité de renseignement électromagnétique spatial), prévu par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale pour le milieu de la prochaine décennie.

Astrium, mandataire du programme, a en charge le fonctionnement du système ainsi que le maintien du segment spatial et du segment sol de contrôle associé, avec les équipes opérationnelles du CNES.

Thales, co-traitant, a en charge la mission (programmation et exploitation), ainsi que le maintien du segment sol utilisateur.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :