dimanche 22 octobre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Les pays de l’UE en voie d’accroître la capacité militaire (...)

Les pays de l’UE en voie d’accroître la capacité militaire européenne

AFP

lundi 10 novembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

L’Union européenne a lancé lundi de nombreux projets à la carte pour accroître sa capacité militaire, dont une flotte aérienne de transport et une force navale, a annoncé le ministre français de la Défense Hervé Morin, parlant d’un "nouvel élan" de l’Europe de la défense.

"Dix ans après le sommet franco-britannique de Saint-Malo (de 1998, qui a lancé la politique européenne de sécurité et de défense, PESD, ndlr), l’Europe de la défense prend un nouvel élan à partir de décisions pragmatiques", a estimé M. Morin, en évoquant une demi-douzaine de projets examinés par les ministres de la Défense de l’UE.

Ce qui a fait affirmer à M. Morin que "l’Europe de la défense a autant fait" sous la présidence française "que ce que nous avons fait en 10 ans" et que la priorité accordée par Paris à la relance de la PESD avait été "largement" honorée.

Toutefois, la plupart des projets n’ont pas été encore entérinés par l’ensemble des 27, mais sont à géométrie variable, en fonction de l’intérêt des pays concernés.

C’est ainsi qu’une flotte européenne d’avions de transport militaires, basée sur l’Airbus A400M en cours de développement, devrait être mise dès 2014 à la disposition de la douzaine de pays ayant signé lundi une déclaration d’intention -Allemagne, Belgique, Espagne, France, Grèce, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, République tchèque, Roumanie et Slovaquie.

Devant la pénurie criante de moyens de transport aérien pour leurs soldats, le but de cette flotte qui pourra aussi inclure Hercules C130, Boeing C17 et Casa 235, est d’aider les pays de l’UE à faire face à des engagements militaires de plus en plus nombreux, a expliqué M. Morin.

"Economie d’échelle" et "rationalisation des ressources" évoquées par le ministre français consistent à mettre en commun des appareils coûteux pour les prêter aux pays qui n’ont pas les moyens d’en acquérir ou à ceux qui veulent renforcer leur propre flotte en cas d’urgence.

Selon le ministre français, néanmoins, au moins 16 voire 20 pays de l’UE devraient finalement y participer et utiliser des A400M, destinés à remplacer à terme les flottes vieillissantes de C-130 Hercules américains et de C-160 Transall franco-allemands.

Des six pays de l’UE à avoir commandé l’A400M, seule la Grande-Bretagne ne participe pas pour l’instant au projet de flotte européenne.

En revanche, démonstration du volontariat au cas par cas sur lequel est fondée la démarche française, huit pays dont la France vont coopérer pour "faciliter l’interopérabilité de leurs moyens aéronavals".

Outre les quatre qui disposent d’un porte-aéronefs -Espagne, France, Grande-Bretagne et Italie- il s’agit de l’Allemagne, la Belgique, la Grèce et le Portugal, mais ce projet est comme les autres "ouvert aux autres pays européens qui voudraient s’y rallier".

"Un premier exercice commun est prévu pour 2009", a précisé le ministre français, ajoutant que "l’on essaiera d’avoir un groupe naval en permanence à la mer".

Parmi les autres projets importants lancés lundi par quatre pays -Allemagne, Espagne, France, Grèce-, M. Morin a cité celui de satellite de surveillance de nouvelle génération, qui "donnera à l’Europe une capacité autonome d’observation, une capacité stratégique de voir, d’analyser et de décider".

Cinq pays encore -Allemagne, Belgique, Finlande, France et Pays-Bas- ont décidé de confier à l’Agence européenne de défense (AED) le soin de lancer un programme d’étude sur les navires de déminage pour remplacer ceux qui seront obsolètes vers 2015.

D’autres programmes de recherche, notamment sur l’application des nanotechnologies dans le domaine militaire, ont été adoptés lundi par la session ministérielle de l’AED.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :