lundi 18 décembre 2017

Accueil du site > Défense > International > La commission du National donne son feu vert au programme d’armement (...)

La commission du National donne son feu vert au programme d’armement 2008

ATS

mardi 11 novembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

DEFENSE. Le programme d’armement 2008 devrait finir par passer la rampe du Parlement en décembre. La commission de la politique de sécurité du Conseil national a en tout cas recommandé mardi au plénum de l’accepter, par 15 voix contre 8.

Interrogé par la presse, le président de la commission Bruno Zuppiger (UDC/ZH) a refusé de préciser d’où vient l’opposition. Celle-ci devrait être issue du camp rose-vert. L’UDC semble en effet avoir retourné sa veste et soutenir désormais le programme d’armement devisé à 917 millions.

La gauche (trois Verts et cinq socialistes) s’est d’ailleurs retrouvée seule à défendre une nouvelle fois les amendements qu’elle avait déposés lors du premier examen du projet et qui avaient été refusés par le plénum. La commission a ainsi rejeté par 21 contre 3 une proposition de non-entrée en matière.

Par 16 voix contre 3 et 5 abstentions, la majorité a refusé de biffer l’achat de 220 véhicules protégés de transport de personnes (369 millions de francs). Par 16 voix contre 8, elle a également dit non à un report de la décision sur l’enveloppe de 404 millions destinée à la mise à jour des avions de combat FA-18.

Les socialistes, qui souhaitent lier ce crédit à l’achat de nouveaux appareils pour remplacer les F-5 Tiger, avaient déjà formulé une telle revendication en septembre. Faute d’avoir été suivis par le plénum, ils avaient alors uni leur voix à celles des écologistes et des UDC pour refuser le programme d’armement.

Geste de bonne volonté

Les démocrates du centre avaient alors motivé leur décision non pas par la guerre d’usure qu’ils mènent contre le conseiller fédéral Samuel Schmid mais par la nécessité de prendre sans attendre des mesures pour améliorer la conduite de l’armée. Les garanties fournies par le Département fédéral de la défense (DDPS) semblent désormais leur suffire.

"Nous avons mené de longues discussions sur les manques au niveau de la logistique ainsi que sur l’optimisation de l’armée et reçu toute une série de documents", a expliqué Bruno Zuppiger. Et d’ajouter que la commission avait l’impression que le DDPS et la direction de l’armée souhaitaient régler les problèmes soulevés.

Pour l’UDC zurichois, le soutien de la commission est un geste de bonne volonté. Il a toutefois tenu à garder une part de suspense concernant la décision que prendra le National vraisemblablement le mardi 9 décembre, soit la veille de l’élection de Samuel Schmid à la vice-présidence du Conseil fédéral.

Rapport de suivi

Par 16 voix contre 8, la commission a en effet chargé le ministre de la défense de présenter d’ici au 1er décembre un rapport de suivi présentant des mesures destinées à corriger les dysfonctionnements qui entravent l’armée ainsi que le calendrier de leur mise en oeuvre. Il s’agira aussi de faire le point sur l’obligation de servir et le nombre grandissant de personnes réformées.

Tout juste remis de son opération de la vésicule biliaire, Samuel Schmid a accepté de remettre ce document. Mais s’il ne tient pas promesse, les groupes parlementaires auront encore l’occasion de revoir leur position le 2 décembre concernant le programme d’armement, a averti Bruno Zuppiger.

Un deuxième refus du Conseil national marquerai l’enterrement du projet. Outre les crédits pour les FA-18 et les véhicules protégés de transport de personnes, cette liste d’achats prévoit l’acquisition de douze engins d’exploration ABC (70 millions) et de quatre systèmes mobiles et protégés de détection ABC (47 millions).


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :