vendredi 20 octobre 2017

Accueil du site > Technologie > Le drone photographe décolle à partir du Breuil

Le drone photographe décolle à partir du Breuil

Jean-Louis Boissonneau, Lanouvellerepublique.fr

jeudi 13 novembre 2008, sélectionné par Spyworld

“ Onboard Control ” a développé un concept d’avion sans pilote pour prise de vue aérienne. L’engin a effectué ses premiers vols. Eloquent !

Grimper sur un escabeau pour faire une photo plongeante, c’est dépassé. Onboard Control, une jeune société aéronautique du Breuil, vient de finaliser un projet de drone (avion sans pilote) pour prise de vue aérienne. Il tient dans une valise. Son prix : autour de 15.000 euros.

« J’avais cette idée en tête depuis longtemps », confie Benjamin Lehmann, fondateur de la société qui compte parmi ses actionnaires le président d’EADS et un ancien spationaute. Lui-même ex-pilote de ligne sur Air France, le jeune homme a investi toutes ses économies dans l’affaire. Baptisée « Onboard-Control » et logée au Breuil dans une partie des anciens locaux de CAC-Systèmes, la petite entreprise de quatre salariés assure le quotidien en effectuant des études pour le compte de sociétés aéronautiques. Le drone photographe est son premier produit propre. Il lui a demandé quatre ans de travail. Une aile delta en polystyrène rigide sous laquelle s’encastre un boîtier bourré d’électronique : l’engin n’impressionne ni par sa taille (un mètre d’envergure) ni par son poids (750 grammes). Mais ses équipements laissent rêveur. « Le pilotage s’effectue depuis une base émettrice sur trépied, explique le concepteur. Il s’apparente à celui d’un modèle réduit à ceci près que, grâce à une caméra située dans le nez de l’appareil, on dispose sur un écran de contrôle de la même vue qu’aurait le pilote à bord. » Le même écran visualise le champ couvert par l’appareil photo (ou vidéo) intégré. Fixé sous le ventre de l’avion, l’objectif pointé vers le sol, celui-ci balaie le paysage survolé et se déclenche à la demande, enregistrant sur une simple carte mémoire des images numériques en haute définition.

Localisé par GPS

Le drone évolue dans un rayon d’un kilomètre et demi autour de sa base. « On le perd de vue rapidement, explique Benjamin Lehmann, mais ce n’est pas gênant. Il est doté d’instruments de navigation qui indiquent l’altitude, la vitesse, ainsi que d’un GPS pour la localisation. » Avec sa batterie au lithium, qui alimente un moteur électrique à hélice, l’engin dispose d’une autonomie de trente à quarante minutes.

La plupart des composants entrant dans la fabrication de l’avion proviennent de sous-traitants ou de fournisseurs spécialisés. Mais c’est au Breuil qu’est effectué l’assemblage final. « Nous avons aussi collaboré avec l’école d’ingénieurs de Blois pour les essais en soufflerie. » Le drone photographe est bien un produit made in Loir-et-Cher !


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :