lundi 23 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > USA : le secrétaire à la Défense de Bush pourrait être maintenu par (...)

USA : le secrétaire à la Défense de Bush pourrait être maintenu par Obama

AFP

jeudi 13 novembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Washington bruisse de rumeurs sur le maintien ou non dans le futur gouvernement Obama du consensuel secrétaire américain à la Défense Robert Gates, une option séduisante pour nombre de démocrates mais que les anti-guerre jugent contraire au changement promis par le président élu.

Comme le Pentagone, la communauté américaine de l’espionnage était dans l’expectative, alors que le Washington Post a évoqué mercredi le probable départ du directeur du renseignement américain Mike McConnell et du directeur de la CIA Michael Hayden, une fois Barack Obama à la Maison Blanche.

Mercredi, à Tallinn, M. Gates a maintenu le suspense en éludant les questions pressantes des journalistes.

"Je n’ai rien à dire sur ce sujet", a-t-il répondu dans un sourire.

La veille, l’équipe de transition de M. Obama avait assuré que le président élu avait "un grand respect" pour M. Gates mais qu’il n’avait pas tranché.

Le sort de M. Gates fait l’objet d’incessantes rumeurs depuis que l’un des conseillers de M. Obama en politique étrangère, Richard Danzig, a jugé en octobre que l’ancien directeur de la CIA était un bon secrétaire à la Défense et "serait encore meilleur dans une administration Obama".

Selon le Wall Street Journal de mardi, Barack Obama pencherait en faveur de son maintien pour au moins un an même si d’autres noms circulent, comme celui de Richard Danzig ou de John Hamre, ex-sous secrétaire à la Défense sous Bill Clinton.

"Pourquoi ne pas le garder ? Il n’a jamais été membre du parti républicain", a commenté dimanche sur CNN le sénateur démocrate Harry Reid.

M. Gates, 65 ans, assure depuis longtemps vouloir savourer sa retraite dans sa propriété de l’Etat de Washington (nord-ouest) une fois son mandat terminé, et ne se cache pas de posséder une carte plastique affichant un compte à rebours jusqu’au 20 janvier, date de la passation de pouvoir avec la nouvelle administration.

Mais ses proches collaborateurs soulignent désormais qu’il ne refuserait pas de rester "par devoir civique". "Il a appris à ne jamais dire jamais", souligne le porte-parole du Pentagone, Geoff Morrell.

Réputé ouvert, attentif et impartial, le chef du Pentagone, qui a succédé au très controversé Donald Rumsfeld fin 2006, fait l’objet d’un vaste consensus au sein de la classe politique.

Selon les partisans de sa nomination, son maintien au moins temporaire faciliterait la transition présidentielle, à l’heure où les Etats-Unis sont engagés dans deux guerres.

M. Gates partage la volonté de M. Obama d’envoyer des renforts en Afghanistan, tout comme de fermer la prison de Guantanamo.

Il est toutefois opposé à un calendrier rigide de retrait des troupes d’Irak. Mais si le président élu a assuré pendant sa campagne qu’il souhaitait un retrait d’Irak en 16 mois, il conditionne prudemment ce scénario à la situation sur le terrain.

Le choix de M. Gates a malgré tout ses détracteurs parmi les groupes pacifistes.

"Je ne fais pas confiance à la vieille garde. Nous voulons une nouvelle perspective, de nouveaux visages, quelqu’un comme le sénateur Hagel, un opposant à la guerre, qui a une expérience militaire et une voix crédible", a expliqué à l’AFP Gael Murphy, cofondatrice du groupe pacifiste CodePink.

"Garder la même personne à la tête du Pentagone, qui supervise la politique étrangère impopulaire de l’administration Bush, ce n’est pas vraiment le changement attendu", renchérit le site internet antiwar.com.

L’étiquette "Bush" pourrait également être fatale aux directeurs de la CIA et du renseignement américain, affirme le Washington Post. Plusieurs hauts responsables démocrates souhaiteraient le départ des deux hommes, qui ont tous deux soutenu des politiques controversées, comme les interrogatoires musclés de personnes soupçonnées de terrorisme ou les écoutes téléphoniques.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :