mercredi 13 décembre 2017

Accueil du site > Renseignement > International > Madrid nie que la NSA américaine ait aidé à débusquer le chef de (...)

Madrid nie que la NSA américaine ait aidé à débusquer le chef de l’ETA

AFP

mardi 18 novembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Le ministre espagnol de l’Intérieur Alfredo Perez Rubalcaba a démenti mardi les informations de presse selon lesquelles une agence d’espionnage américaine, la NSA, a aidé à débusquer le chef présumé de l’appareil militaire de l’ETA, "Txeroki", arrêté lundi en France.

"Vous savez que nous collaborons habituellement avec le renseignement américain, de manière continue, mais pas dans ce cas", a déclaré Alfredo Perez Rubalcaba aux médias.

Le journal El Mundo affirmait dans son édition de mardi, sans identifier ses sources, que l’Agence pour la sécurité nationale (NSA, National Security Agency), chargée de l’espionnage des communications, aurait découvert deux adresses électroniques utilisées par Miguel de Garikoitz Aspiazu Rubina, dit "Txeroki".

Selon le journal, la NSA aurait alors transmis l’information au service d’espionnage espagnol, le Centre national d’intelligence (CNI), qui aurait affiné l’information avant de la transmettre à la garde civile.

Le journal El Pais affirme lui que "Txeroki" a été débusqué grâce à ses courriers électroniques et à l’utilisation d’un système baptisé "canibal" mis au point par les Américains, mais utilisé dans ce cas par le CNI.

"Txeroki", 35 ans, arrêté à Cauterets (sud-ouest de la France), est considéré par les autorités espagnoles et françaises comme le chef des commandos de l’organisation indépendantiste basque armée ETA depuis 2003. Il était leur objectif numéro un.

Créée en 1952, la NSA est une des agences américaines les plus secrètes. Elle a pour principale mission le renseignement électronique.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :