mardi 17 octobre 2017

Accueil du site > Défense > International > Modernisation de l’armée russe : des projets trop ambitieux (RBC (...)

Modernisation de l’armée russe : des projets trop ambitieux (RBC Daily)

RIA Novosti

jeudi 20 novembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

L’Etat-major général promet de rééquiper complètement l’armée russe d’ici 2020, lit-on jeudi dans le quotidien RBC Daily.

Selon le chef d’Etat-major général des forces armées russes, le général Nikolaï Makarov, l’armée russe sera équipée dans 3-5 ans à 30% d’armements et de matériels militaires neufs, tandis qu’à l’horizon 2018-2020 ce chiffre pourrait atteindre 80% - 100%. Les experts indiquent que ces estimations sont trop ambitieuses et ne reflètent que très peu la réalité.

La guerre en Ossétie du Sud a rappelé aux autorités la dégradation technique de l’armée russe. Elle a révélé un grand nombre de points faibles : l’absence de drones et d’appareils de vision nocturne, les systèmes de communication obsolètes, etc. C’est pourquoi les dirigeants russes ont voulu renouveler considérablement les équipements de l’armée malgré la crise économique. Il a été décidé de ne pas réduire la commande militaire de l’Etat et d’accorder un soutien financier aux entreprises du complexe militaro-industriel. Les compagnies n’ont pas encore reçu cet argent, bloqué dans les banques, mais on a promis de résoudre bientôt ce problème.

"Nous prévoyons d’ici trois à cinq ans d’équiper l’armée de matériels et d’armements neufs à 30%, et à l’horizon 2018-2020 de porter ce chiffre à 80-100%", a déclaré hier à la presse le chef d’Etat-major général des forces armées russes, général Nikolaï Makarov. Une proportion de 80/20 en faveur de l’armement moderne est caractéristique des armées des pays les plus développés. La proportion actuelle en Russie est justement inverse.

"Le pronostic du chef d’Etat-major général est très optimiste et se fonde plutôt sur les capacités de financement", a indique à RBC Daily le directeur de la Fondation pour la reforme militaire Pavel Zolotarev. "Même si on ne tient pas compte de la crise, qui corrigera certainement ces plans, il faut se souvenir des capacités actuelles du complexe militaro-industriel. La situation est déplorable : on a perdu beaucoup de professionnels, et il est apparemment impossible de combler ces lacunes avec des jeunes. De plus, le remplacement des chars, des VTT et des pièces d’artillerie par des équivalents modernes ne résout par la question du rééquipement radical de l’armée. L’accent ne doit pas porter sur les moyens de combat, mais sur les moyens de commande, d’observation et de reconnaissance ainsi que sur les systèmes d’information".

L’armée russe ne possède pas d’appareils de vision nocturne, de dispositifs de liaison inviolables, d’hélicoptères capables de mener le combat vingt-quatre heures sur vingt-quatre, et de drones depuis la première guerre en Tchétchénie, et tous ces problèmes n’ont pas été résolus pendant les 14 années précédentes, a expliqué Igor Korotchenko, membre du Conseil public auprès du ministère de la Défense.

Cet article est tiré de la presse et n’a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :