samedi 21 octobre 2017

Accueil du site > Informatique > Sécurité Informatique > Exercice Urubu : Interception en Guyane !

Exercice Urubu : Interception en Guyane !

Armée de l’Air, Ministère de la Défense

vendredi 21 novembre 2008, sélectionné par Spyworld

logo

Scramble ! Intrusion dans le ciel guyanais ! Du 16 au 20 novembre 2008, l’exercice Urubu bat son plein dans le département français de la Guyane. Cet exercice a pour but d’entraîner la chaîne de commandement mise en place pour la protection du site de lancement de la fusée Ariane. Quatre Mirage 2000 de l’escadron de chasse 2/12 « Picardie », un E3F de l’escadron de détection et de contrôle aéroportés 36 « Berry » et un C135 FR du groupe de ravitaillement en vol 93 « Bretagne » ont été déployés de métropole pour l’occasion. Un Casa CN235 de l’escadron de transport outre-mer 58 « Antilles », stationné sur la base du Lamentin en Martinique, a également participé à l’exercice, pour servir de plastron aux avions de chasse de la permanence opérationnelle.

Sur place, l’escadron d’hélicoptères outre-mer 68 « Guyane » assure les mesures actives de sûreté aérienne (MASA) avec hélicoptère Fennec, pour faire face aux aéronefs lents. De l’autre côté, il met en œuvre le Puma pour l’alerte SAR (Search and Rescue/recherche et sauvetage) et également pour servir de plastron au profit des hélicoptères MASA.

Pour le « Picardie », les missions de police du ciel en Guyane se déroulent comme en métropole, prenant également en compte les risques liés à la canopée. « Ici, nous effectuons les missions de PO en patrouille de deux Mirage 2000 pour garantir le repérage de l’équipier en cas de problème. Les balises de détresse ne sont pas efficaces à travers la canopée. La particularité des vols au-dessus de la forêt équatoriale requiert également l’utilisation de matériels de survie spécifiques », explique le lieutenant-colonel Vaysse, commandant l’EC 2/12. En plus de leur tenue de vol, les pilotes de l’escadron sont équipés d’un harnais pour leur permettre, en cas d’éjection, de descendre des arbres qui atteignent parfois des hauteurs de 50 mètres. Un stage de survie organisé sur la base aérienne 120 de Cazaux leur a été dispensé avant leur départ pour l’exercice.


Envoyer : Newsletter Imprimer : Imprimer Format PDF : Enregistrer au format PDF PartagerPartager :